L'Anjou Agricole 03 mai 2018 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

1 640 postes à pourvoir en Maine-et-Loire

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Extrait de l’infographie réalisée à partir des résultats de l’enquête “Besoins de main-d’œuvre 2018”, pilotée par l’Anefa 49. Ici sont exprimés les besoins de main-d’œuvre par production des 250 entreprises qui ont répondu.
Extrait de l’infographie réalisée à partir des résultats de l’enquête “Besoins de main-d’œuvre 2018”, pilotée par l’Anefa 49. Ici sont exprimés les besoins de main-d’œuvre par production des 250 entreprises qui ont répondu. - © Anefa 49

Les besoins de main-d’œuvre dans le secteur agricole paraissent exploser en 2018. C’est ce qui saute aux yeux à la lecture des résultats de l’enquête “Besoins de main-d’œuvre 2018”, effectuée par l’Anefa 49. (...) « Le but de l’enquête est de permettre aux employeurs d’anticiper leurs besoins de main-d’œuvre. Ce n’est qu’ainsi que l’Anefa pourra les accompagner de manière qualitative, en apportant des solutions satisfaisantes, tant au niveau de la prospection que de la pré-sélection des candidats », explique Camille Leperlier, chargée de mission à l’Anefa 49. (...)

Les projets de recrutement sont passés de 640 à 1 632. « C’est la preuve de la dynamique de l’emploi agricole sur le territoire ». (...) Sur ces projets, 70 % sont toujours portés par l’emploi saisonnier, avec une grande majorité dans les filières du végétal. La part du CDI diminue également au profit du CDD. (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du vendredi 4 mai 2018, ainsi que les résultats détaillés de l'enquête sur le site de l'Anefa 49.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui