L'Anjou Agricole 23 avril 2020 à 10h00 | Par AA

1er mai : le muguet se fera rare

L’incontournable muguet de mai sera écoulé dans des conditions particulières, Covid-19 oblige.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

La filière horti-pépi est à la peine depuis plus d’un mois. Incapables de vendre une grande partie de la production, les professionnels craignent une année noire pour les structures.


Forte chute des ventes
Le printemps débutant, la période est idéale pour le lancement de la saison de ventes de fleurs. Cependant, cette année si particulière met à mal nos habitudes et traditions. Ainsi, le muguet, plante emblématique du 1er mai, est fortement impactée par la crise. Pourtant, la tradition remonterait à la Renaissance : le 1er mai, il était d’usage, dans les campagnes, d’offrir un branchage pour chasser la malédiction de l’hiver. Cette année, le muguet ne suffira pas à chasser le Covid-19, et c’est bien ses producteurs et vendeurs qui vont en faire les frais. D’habitude, durant le week-end du 1er mai, 31 % des brins de muguet sont achetés chez un fleuriste, 25 % en grande distribution, 11 % sur un marché, 9 % en jardinerie, 4 % sur l’exploitation et 20 % dans d’autres lieux, notamment dans la rue, selon le panéliste Kantar. Cette année, les ventes risquent de fortement chuter.


Un drive pour les fleurs
Dans le Maine-et-Loire, le préfet René Bidal s’est exprimé à ce sujet. Les fleuristes n’étant pas considérés comme commerces essentiels, ceux-ci ne peuvent pas accueillir de public. Cependant, ils pourront « quand même vendre leur muguet et autres fleurs coupées en mode drive, dès lors que les mesures barrières auront pu être strictement mises en place, en corrélation avec la configuration du magasin et de ses abords », a déclaré le préfet. Ainsi, les fleuristes pourront tout de même écouler une partie du muguet du 1er mai.
En revanche, la vente à la sauvette du muguet par des non professionnels (vente partiellement tolérée, le 1er mai, en temps normal), est prohibée dans le contexte du confinement. Côté producteurs, la Fédération des maraîchers nantais, qui produit 80 % du muguet français, estime à près de 70 % les pertes pour la filière.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui