L'Anjou Agricole 06 mars 2018 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

2 cas d'influenza faiblement pathogène H5 dans 2 élevages de canards en Maine-et-Loire

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Pascal Le Douarin

La préfecture du Maine-et-Loire a indiqué dans un communiqué de presse que suite aux dépistages systématiques par autocontrôle réalisés par les agriculteurs sur leurs élevages, deux cas d'Influenza H5 ont été révélés la semaine dernière dans deux élevages de canards prêts à gaver. Un sur la commune déléguée de Vihiers (6 500 bêtes) et un sur la commune du May-sur-Êvre (12 500 bêtes). Un arrêté d'infection a été pris et une zone de protection de 1 km mise en place autour de ces deux élevages. Les troupeaux ont été abattus vendredi après-midi et samedi et les cadavres traités par l'équarrissage. Une enquête épidémiologique est en cours. La situation sanitaire actuelle justifie que les mesures de biosécurité visant à la protection des élevages soient à leur niveau le meilleur. Pour rappel, les virus H5 faiblement pathogènes ne sont pas dangereux pour l'homme. Les mesures de lutte sanitaire visent à empêcher la circulation des virus dans les élevages et le développement de pathologies pour les animaux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui