L'Anjou Agricole 19 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

2016-2017 : première étape de la réforme

La rentrée de septembre dernier a posé les bases de la réforme de la formation agricole qui se poursuivra jusqu’en 2018. Dans les établissements du département, on est déjà prêt au changement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis septembre 2016, les classes de 2nde sont déjà entrées dans la réforme de l’enseignement agricole.
Depuis septembre 2016, les classes de 2nde sont déjà entrées dans la réforme de l’enseignement agricole. - © jc gutner

Lancée par le ministère de l’éducation, la réforme de l’enseignement agricole prend peu à peu forme et commence à être appliquée dans les centres de formations. Depuis la rentrée déjà, les élèves de 2nde ont pu expérimenter le système de classe unique qui regroupe tous les étudiants en Bac pro CGEA. En septembre 2017, ce sera au tour des classes de 1ères de s’intégrer dans la réforme, alors que les classes de terminales devront attendre la rentrée 2018. « Le projet a été pensé pour suivre une promotion », explique ­Valérie Lepage, proviseure du lycée Edgard ­Pisani de ­Montreuil-Bellay. L’un des principaux points de la réforme, c’est l’intégration de l’agroécologie aux référentiels pédagogiques. « L’inscrire dans le référentiel, c’est assurer que tous y soient sensibilisés », indique Stéphane ­Pillias, professeur en techniques viticoles au lycée Edgard ­Pisani. L’enseignant, qui a participé, en octobre dernier, aux travaux de réflexions nationales autour de la réforme dans le cadre de l’enseignement viticole pour les 1ères et terminales, sait de quoi il parle. Cependant, il n’est pas dupe « beaucoup d’enseignants avaient déjà intégré l’agroécologie aux cours, il n’y aura donc pas forcément beaucoup de changements ». Même constat au centre MFR de Segré où on a déjà intégré le concept d’agroécologie à l’enseignement.

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 20 janvier 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

L’Inra et l’Irstea devront fusionner en janvier 2020

ont annoncé le 17 octobre la ministre de la Recherche, Frédérique Vidal, et le nouveau ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume.

Le chiffre de la semaine
3 158 €
Lors de la vente de reproducteurs rouge des prés du Domaine des Rues à Chenillé-Changé, mercredi 17 octobre, 19 taureaux sur 26 ont trouvé preneur, pour un prix moyen de 3 158 euros.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui