L'Anjou Agricole 01 octobre 2020 à 08h00 | Par AA

A Beaucouzé, inauguration d'un site de fabrication d'autovaccins vétérinaires

Ceva Santé Animale a inauguré mardi 29 septembre, à Beaucouzé, son premier site de référence en Europe pour la fabrication d’autovaccins. Un investissement de 8 millions d’euros, qui contribue à la réduction de l’utilisation des antibiotiques en élevages porcins et avicoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le nouveau site angevin de Ceva Santé Animale a été inauguré mardi 29 septembre en présence de deux présidents de Région, Christelle Morançais pour les Pays de la Loire et Alain Rousset pour la Nouvelle Aquitaine.
Le nouveau site angevin de Ceva Santé Animale a été inauguré mardi 29 septembre en présence de deux présidents de Région, Christelle Morançais pour les Pays de la Loire et Alain Rousset pour la Nouvelle Aquitaine. - © Ceva

Premier laboratoire vétérinaire français, 5ème au niveau mondial, à la croissance annuelle de 12 %, Ceva Santé Animale est leader mondial dans le domaine des autovaccins, des solutions en pleine expansion, portées par les différents plans de réduction de l’usage des antibiotiques en élevage. De plus, une réglementation européenne va permettre à l’entreprise de commercialiser dès 2022 ces produits dans tous les pays de l’UE.

Le moment opportun pour investir. Le tout nouveau site de Beaucouzé a été inauguré, cette semaine, en présence de deux présidents de Région (Christelle Morançais pour les Pays de la Loire, qui financent l’investissement à hauteur de 16 %, et Alain Rousset, pour la Nouvelle Aquitaine, où se situe le siège de Ceva).


Maladies du porcelet au sevrage
L’usine pharmaceutique va permettre de concevoir et de produire des autovaccins bactériens pour aider à lutter contre les pathologies infectieuses. Principalement en élevage porcin, pour les maladies du porcelet au sevrage par exemple, mais aussi en élevage avicole et piscicole.
Le principe ? Fournir des vaccins spécifiques à un élevage à partir des pathogènes relevés par un vétérinaire et identifiés par le labo. Du sur-mesure, donc. Ceva Biovac, dans son laboratoire implanté depuis 1993 à Beaucouzé, dispose déjà d’un savoir-faire qui lui permet de sortir 100 lots par semaine, de 1 à 200 litres. Avec le nouveau site, la capacité va passer à  300 lots par semaine.


Demain, des autovaccins en 2 semaines
N’étant pas soumis à une AMM (Autorisation de mise sur le marché) comme les vaccins classiques, les autovaccins sont produits plus vite. Et les délais de fabrication, de 5 à 8 semaines environ aujourd’hui, ne cessent de se réduire. « On devrait être capable de produire un autovaccin en 2 semaines à l’avenir, grâce notamment aux nouvelles technologies génétiques », a expliqué Marc Prikazsky, PDG de Ceva santé animale.
Avec ce nouveau site, « l’idée est de doubler le chiffre d’affaires, actuellement de 10 millions d’euros,  dans les 5 prochaines années », annonce Alain Schrumpf, directeur du Ceva Biovac Campus de Beaucouzé. Avec une vingtaine de créations d’emplois à la clé dans les prochaines années.
S.H.

Déjà implanté à Beaucouzé, Ceva Biovac multiplie ses capacités de production par 3 et réduit les délais de production grâce à cette nouvelle usine pharmaceutique, entièrement stérile, de 1 500 m2.
Déjà implanté à Beaucouzé, Ceva Biovac multiplie ses capacités de production par 3 et réduit les délais de production grâce à cette nouvelle usine pharmaceutique, entièrement stérile, de 1 500 m2. - © CEVA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le relèvement du seuil de revente à perte de 10 % et l’encadrement des promotions sur les produits alimentaires Loi Egalim semble avoir mis un terme à la baisse des prix des produits alimentaires en général

estime Céline Bonnet, chercheur à la Toulouse School of Economics dans son rapport d’évaluation que le gouvernement a remis au parlement le 30 septembre.

Le chiffre de la semaine
45 %
des poulets consommés en France viennent de l’étranger.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui