L'Anjou Agricole 19 mai 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

A l’affût des nouvelles technologies

Au Tremblay, la Cuma des éleveurs s’équipe dans des matériels qui améliorent l’efficacité des chantiers, répondant aux besoins croissants des adhérents en prestations complètes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pierre-Antoine Hoinard, responsable d’atelier, aux commandes du tracteur de 270 ch équipé de l’autoguidage et du télégonflage. à partir d’août, la technologie RTK y sera installée, offrant une précision de l’ordre du centimètre.
Pierre-Antoine Hoinard, responsable d’atelier, aux commandes du tracteur de 270 ch équipé de l’autoguidage et du télégonflage. à partir d’août, la technologie RTK y sera installée, offrant une précision de l’ordre du centimètre. - © AA

Gagner du temps sur les chantiers, améliorer le confort des  salariés, proposer des travaux à des coûts très compétitifs aux adhérents : la Cuma des éleveurs s’intéresse de près, depuis plusieurs années, aux nouvelles technologies et y voit de nombreux avantages.
Aujourd’hui, les trois tracteurs de la Cuma (130, 250 et 270 ch) sont équipés en autoguidage. « Cela offre un confort de travail et une précision qui génère des économies. On ne fait plus de doublons », souligne Bertrand Delanoë, président de la Cuma. Une évolution technologique qui est allée de pair avec un élargissement continu des largeurs de travail : pour le semis en plein des cultures d’hiver, la Cuma est équipée depuis deux ans d’un semoir et d’une herse
6 mètres. Cela permet de couvrir des hectares plus aisément :  « nous avons 400 ha à semer en automne, et environ 600 ha à passer à la herse au printemps », illustre le responsable de Cuma. Quand ce travail est assuré par les salariés, « le coût de main-d’œuvre à l’hectare tombe jusqu’à 5 à 6 euros. Du coup, un certain nombre d’adhérents délèguent les semis ».

Autoguidage de plus en plus précis
Pour l’instant, les équipements d’auto-guidage permettent une précision de l’ordre de 10 cm et dès le mois d’août, la technologie RTK sera installée sur le 270 ch, offrant une précision de 1 cm, et pourra être utilisée pour le déchaumage et les semis de blé. Ces technologies ont un coût : autour de 10 000 euros pour une précision de 10 à 15 cm, et 10 000 euros supplémentaires pour une précision centimétrique.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 20 mai.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

L’agriculture ne doit pas servir de variable d’ajustement pour conclure des accords commerciaux.

martèlent la FNB et la FNSEA , qui craignent une signature « imminente » de l’accord UE/Mercosur. Une crainte motivée par les récentes avancées sur le secteur automobile qui bloquait les négociations.

Le chiffre de la semaine
922
C’est le nombre de projets de recrutement en 2019 que les 79 entreprises agricoles du Maine-et-Loire ont indiqué.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui