L'Anjou Agricole 10 juin 2015 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

A l'AG d'IDFel, l’avenir des stations expérimentales en question

L’association IDfel Val de Loire, en assemblée générale à Angers le 8 juin à Angers, souhaite pérenniser la recherche, l'innovation et l'expérimentation. Or, les difficultés actuelles du CTIFL sont source d'inquiétude.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 8 juin à la Maison du végétal : Christiane Lambert, première vice-présidente de la FNSEA, Jean-Louis Moulon, président d’IDfel Val de Loire et Bruno Dupont, président d’Interfel.
Le 8 juin à la Maison du végétal : Christiane Lambert, première vice-présidente de la FNSEA, Jean-Louis Moulon, président d’IDfel Val de Loire et Bruno Dupont, président d’Interfel. - © AA

Actualité chargée pour l’association IDfel* : outre la réforme de la Pac, qui nécessite un gros appui réglementaire pour les exploitations déclarant la première fois, le dossier plans de campagne - toujours pas clos -, l’OCM (Organisation commune des marchés) fruits et légumes, la protection des cultures... la question de l’avenir de l’expérimentation était aussi au centre des débats. La décision du ministère de l’Agriculture de supprimer la Taxe fiscale affectée en 2016 (et déjà divisée par 2 en 2015), taxe constituant la principale ressource du CTIFL**, met en difficulté la structure de recherche.

Le CTIFL a cinq stations, dont celle de Carquefou (44), il emploie près de 300 salariés en France, sur 7 sites. « La seule solution, pour éviter le désastre, dépend de la capacité des huit familles d’Interfel à créer une nouvelle CVO, Cotisation volontaire obligatoire ou à augmenter l’existante », a souligné Jean-Louis Moulon, président d’IDFel.

*Initiative développement fruits et légumes Val de Loire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

" Dans quelques années, toute une génération de citadins va croire que tout ce qui n’est pas bio est empoisonné ! ".

a réagi sur Twitter l’animateur et producteur de la célèbre émission E=M6, Mac Lesggy.

Le chiffre de la semaine
40
C'est le nombre d'intrusions dans les élevages en France, recensées par la FNSEA en 2019.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui