L'Anjou Agricole 17 mai 2018 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

A la découverte de l’agriculture angevine

Mohamed Salif Ouedraogo fait partie des 10 burkinabè accueillis par l’Afdi Pays-de-la-Loire. Depuis plus d’un mois, il découvre les particularités de l’agriculture francaise.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une fois récoltées, les mangues sont épluchées, découpées en morceaux pour ensuite être séchées. Toutes ces tâches sont réalisées par des femmes.
Une fois récoltées, les mangues sont épluchées, découpées en morceaux pour ensuite être séchées. Toutes ces tâches sont réalisées par des femmes. - © AA

Depuis le 3 avril, le Burkinabè Mohamed Salif Ouedraogo découvre l’agriculture angevine dans le cadre des échanges organisés par l’association Afdi. Il fait partie des 10 burkinabè accueillis dans la région par l’Afdi Pays-de-la-Loire. Président de l’association Ton, le jeune homme de 32 ans accompagne les agriculteurs dans des formations su r leurs pratiques culturales. Son association s’occupe, entre autres, du soutien à la production de mangues séchées bio en commerce équitable. (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 18 mai 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui