L'Anjou Agricole 15 mars 2018 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

« Adopter la positive attitude sur les réseaux »

Lors de son assemblée générale, Elvéa 49 (éleveurs et acheteurs associés du Maine-et-Loire) s’intéresse à comment mieux communiquer sur les métiers de l’élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bénédicte Tenèze, chargée de communication d’Interbev Pays-de-la-Loire, a incité les éleveurs à être présents sur les réseaux sociaux pour véhiculer une image positive de leur métier.
Bénédicte Tenèze, chargée de communication d’Interbev Pays-de-la-Loire, a incité les éleveurs à être présents sur les réseaux sociaux pour véhiculer une image positive de leur métier. - © AA

Face aux attaques de plus en plus fréquentes faites envers l’élevage, la filière viande bovine souhaite davantage communiquer. « Il faut former de nouveaux relais pour être entendu », explique Bénédicte Tenèze, chargée de communication de l’interprofession Interbev Pays-de-la-Loire. Elle est intervenue à l’assemblée générale d’Elvéa, vendredi 9 mars, à Saint-Quentin-en-Mauges. Son message ? « Communiquer sur le métier d’éleveur de manière positive. » L’interprofession conseille aux agriculteurs de s’emparer des réseaux sociaux. (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 16 mars 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.