L'Anjou Agricole 14 avril 2020 à 13h00 | Par AA

Adopter un maraîcher ?

Depuis la fermeture des marchés, les producteurs s’organisent pour continuer la livraison de produits frais au cœur des villes, comme à Angers. L’opération “Adopte ton maraîcher”, lancée par la mairie, va dans ce sens.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’opération “Adopte ton maraîcher” permet aux Angevins de s’approvisionner en produits locaux dans des commerces qui ne sont plus utilisés. Ici, la péniche Barco Vino sert de lieu de rencontre entre producteurs et consommateurs.
L’opération “Adopte ton maraîcher” permet aux Angevins de s’approvisionner en produits locaux dans des commerces qui ne sont plus utilisés. Ici, la péniche Barco Vino sert de lieu de rencontre entre producteurs et consommateurs. - © AA

« En 15 jours, la plateforme “Adopte ton maraîcher” a reçu plus de 600 000 visiteurs », s’enthousiasme Stéphane Pabritz, adjoint à la mairie d’Angers, en charge du commerce. Au lendemain de l’interdiction des marchés de plein air, l’élu a rapidement cherché un moyen de continuer à accueillir des producteurs dans la ville d’Angers. C’est comme ça que l’opération “Adopte ton maraîcher” est née.


Plus de 40 producteurs
L’idée ? Installer des producteurs dans des commerces sédentaires, afin d’éviter au maximum de jeter la production. Une belle manière d’afficher sa solidarité envers le monde agricole. « Aujourd’hui, ce sont plus de 40 producteurs que nous accueillons dans une centaine de commerces sédentaires », détaille l’adjoint au maire. Légumes, œufs, produits laitiers, jus, fruits... De nombreuses productions sont représentées, allant au-delà du maraîchage.
« On favorise les productions rapidement périssables, et les agriculteurs du territoire ». L’opération suscite un engouement très fort, tant de la part des agriculteurs que des Angevins.


Un terreau pour demain
Cette initiative, bien qu’éphémère, constitue une expérimentation à grande échelle.
« C’est un excellent terreau pour bâtir l’après-crise. Cela donne de nombreuses idées », confie l’élu. Il ressent une volonté accrue de consommer local, en circuit court, afin de
« soutenir les agriculteurs et agricultrices, et d’amener l’agriculture en ville ». Stéphane Pabritz s’attend à avoir encore plus de monde dans les marchés, une fois le confinement terminé. Il espère développer de nouveaux espaces dédiés à l’alimentation locale. « Demain, il est évident qu’il faudra un grand espace en cœur de ville, pour faire la part belle à nos produits locaux », détaille Stéphane Pabritz. Ce projet n’est, à ce stade, qu’une réflexion, mais il témoigne de la volonté affichée par la ville d’Angers d’accompagner le développement des agriculteurs du département. Après l’annonce de la fermeture des marchés d’Angers, le 23 mars, l’opération a été lancée. Une belle vitrine pour les productions agricoles, un moyen de conserver un lien entre ville et campagne, et un filet de sécurité pour ramener un chiffre d’affaires en ces temps de crise. Pour participer, il suffit d’envoyer un message privé à la page Facebook “Adopte ton maraîcher” en explicitant sa demande.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

On craint qu’une grande quantité des réserves de blé sur le port ait été affectée ou détruite par l’explosion. Les stocks sont gravement endommagés.

a déclaré le responsable des urgences de la FAO, Dominique Burgeon, après l’explosion qui a éventré les silos de céréales installés près du port de Beyrouth, mardi 4 août.

Le chiffre de la semaine
- 28 %
Avec des précipitations inférieures de 28 % en moyenne aux normales de saison, juillet 2020 devrait être « le mois de juillet le plus sec depuis 1959, loin devant juillet 1964 et juillet 1979 », détaille Météo-France.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui