L'Anjou Agricole 08 août 2019 a 11h00 | Par AA

Afdi Pays-de-la-Loire s'investit en République Démocratique du Congo

L'association Afdi (Agriculteurs français développement international) Pays-de-la-Loire noue un nouveau partenariat avec une association qui soutient des femmes victimes de violences de guerre dans l'Est de la RDC, République démocratique du Congo.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Mercredi 31 juillet, à Angers. De gauche à droite : Evelyne Lokéka (épouse de Pierre Lokéka, RDC), Marietta Mérieau (présidente d'Afdi Pays-de-la-Loire) ; Maryse Cognée et Jean-François Cognée (président d'Afdi Maine-et-Loire) ; Pierre Lokéka (interlocuteur d'Afdi en RDC) et son fils Georgio ; Bertrand Métayer (animateur Afdi) ; Claude Bourdin, coordinateur international de Dialogue entre agriculteurs ; Denis Bannier (Afdi Mayenne).
Mercredi 31 juillet, à Angers. De gauche à droite : Evelyne Lokéka (épouse de Pierre Lokéka, RDC), Marietta Mérieau (présidente d'Afdi Pays-de-la-Loire) ; Maryse Cognée et Jean-François Cognée (président d'Afdi Maine-et-Loire) ; Pierre Lokéka (interlocuteur d'Afdi en RDC) et son fils Georgio ; Bertrand Métayer (animateur Afdi) ; Claude Bourdin, coordinateur international de Dialogue entre agriculteurs ; Denis Bannier (Afdi Mayenne). - © AA

Déjà impliquée depuis longtemps au Burkina-Faso et, plus récemment, en Tunisie, Afdi Pays-de-la-Loire lance un nouveau partenariat, cette fois avec des partenaires de l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), une région marquée par la guerre et l'insécurité. La province du Sud Kivu, frontalière du Rwanda, a subi des conflits à répétition depuis le milieu des années 90, qui ont laissé des traces dans la population féminine. Victimes de viols et mutilations, ces femmes se retrouvent de surcroît marginalisées.

C'est dans ce contexte que l'association Kitumaini ("Espoir"), est venue en aide depuis 20 ans, à 1 500 femmes. Dans un premier temps, celles-ci sont rétablies physiquement dans l'hôpital de Panzi du Docteur Mukwégé, le prix Nobel de la paix 2018. L'association leur permet ensuite de reprendre une place dans la société en s'appuyant sur des activités agricoles. « Nous avons commencé avec une dizaine de femmes sur un champ de 3 ha, et elles se sont vite retrouvées à une centaine sur 3 ha », relate Pierre Lokéka, coordinateur de l'association Kitumaini, de visite en France début août.
Sur les 1 500 femmes qui ont été suivies, certaines ont pu retourner dans leur village. 800 d'entre elles travaillent aujourd'hui sur le Centre Kitumaini, sur 17 ha à présent, et se sont organisées en associations. Mais les besoins restent colossaux, notamment en termes d'alphabétisation et de formation agricole.


Agriculture, alphabétisation, scolarisation
Le partenariat sera basé, comme toujours chez Afdi, sur les échanges de « paysans à paysans ». « Il a vocation à améliorer les productions agricoles des femmes », explique Pierre Lokéka. La région du Sud-Kivu ne produit aujourd'hui que 6 % de ce qu'elle consomme.
Un des premiers chantiers portera sur l'alphabétisation, avec l'ambition de constituer un groupe de femmes qui deviendront « des vulgarisatrices auprès des autres, afin de les aider à devenir autonomes et répondre aux besoins de base de la famille, et permettre aux enfants d'être scolarisés, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui », poursuit-il.

S.H.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.