L'Anjou Agricole 21 février 2019 à 14h00 | Par Romain Devaux

Afdi : retour du Burkina-Faso

Du 11 au 25 janvier, une dizaine d'agriculteurs ligériens sont allés à la rencontre de leurs homologues paysans du Burkina-Faso pour découvrir les réalités agricoles de ce pays.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

A l'initiative de l'Afdi Pays de Loire, un groupe d'agriculteurs ligériens est allé du 11 au 25 janvier rencontrer les agriculteurs du Burkina-Faso. Ce n'est pas par hasard s'ils ont quitté leur exploitation pour aller découvrir ce pays. Tous avaient déjà vécu l'expérience d'accueillir dans le passé des agriculteurs burkinabé pendant quelques semaines, venus découvrir les réalités socio-professionnelles françaises.

35 ans de partenariat
Ces échanges sont une des marques de fabrique d'Afdi Pays de Loire qui organise ces rencontres depuis plus de 35 ans à la demande de son partenaire historique burkinabé, la Fédération Nationale des Groupements Naam. Se rencontrer, partager ses expériences, découvrir les réalités spécifiques de chacun dans son espace professionnel mais aussi social, « il n'y a pas mieux pour balayer tous les préjugés que nous pouvons avoir les uns sur les autres. Il paraitrait que chez les blancs, on est riche sans rien faire ! », remarque l'Afdi. Ce vieux cliché qui traine toujours dans les campagnes africaines a pour origine une époque coloniale presqu'oubliée, mais qui a laissé des traces... Cette expérience forte au contact de nos réalités agricoles qui évoluent sans cesse transcende beaucoup de ces femmes et de ces hommes qui à leur retour vont entrainer dans leur sillage leur entourage dans des projets innovants. On ne compte plus les camions qui exportent salades, tomates, mangues ou oignons vers les pays voisins ou qui alimentent les marchés locaux ;  ou ces vélos chargé de poulets entre Boussé et la capitale Ouagadougou. « On mange mieux, on se soigne mieux, on apprend mieux, mais il y a tant à faire. Quel enseignement entre un agriculteur français qui produit 2 000 fois plus de kg de nourriture avec sa technologie et un paysan burkinabé avec sa « daba »* ! », souligne l'association ligérienne.

*sorte de binette manuelle.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Au vu des informations que nous avons de la part des pouvoirs publics, à ce jour, rien ne nous amène à remettre en cause notre événement. Le Sommet de l’Élevage est donc maintenu à ses dates initiales : 7, 8 et 9 octobre. Nous restons cependant vigilants

ont annoncé les organisateurs de cette manifestation, le 20 mai, sur leur compte Twitter.

Le chiffre de la semaine
3 550
En 2019, d’après l'Observatoire régional de l’agriculture biologique, environ 3 550 exploitations en Pays de la Loire sont orientées en agriculture biologique, soit 12 % des exploitations ligériennes.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui