L'Anjou Agricole 25 avril 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

AG de la FNO: la segmentation et la qualité au cœur de la stratégie de la filière ovine

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La fédération nationale ovine s'est réunie la semaine dernière à Saint-Malo pour son assemblée générale.
La fédération nationale ovine s'est réunie la semaine dernière à Saint-Malo pour son assemblée générale. - © Actuagri

"La filière ovine est déjà une niche. Le luxe se construit par des niches. Il ne faut pas faire de la filière ovine une grande niche, mais une multitude de petites niches. Avec une multitude de clients, on peut faire des choses extraordinaires", s'est exclamé Rodolphe Lepoureau, PDG de Sovileg, lors de la table ronde organisée par la Fédération nationale ovine durant son assemblée générale, le 22 avril à Saint-Malo. Guy Emeriau, responsable du rayon boucherie chez Système U région Ouest, a de son côté bien spécifié l'importance de garder une production par terroir : "En parallèle du produit, il faudra le service et le contact avec le client, surtout face à la mondialisation". Face au poids de la grande distribution, c'est donc par la qualité et la segmentation que la filière ovine trouvera à se développer. "Vous avez besoin de me vendre, je n'ai pas besoin de vous acheter", a résumé Olivier Mevel, consultant en stratégie des filières alimentaires, au sujet de la position de la grande distribution dans la filière. Aussi, face à des rayons "désespérément monolithiques" en grandes et moyennes surfaces, il faudra  absolument les "enchanter" à l'avenir, selon lui.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

2020 est la dernière année de financementde l’actuel PCAE. Les éleveurs porcinsdoivent donc engager très rapidementune démarche de réflexion sur l’évolution deleur outil de production pour en bénéficier.

souligne Gérard Bourcier, président du Comité régional porcin des Pays-de-la-Loire

Le chiffre de la semaine
10 000
C'est le nombre d'agriculteurs qui se sont mobilisésle 8 octobre sur tout le territoire à l’appel de la FNSEA et de Jeunes agriculteurs pour exprimerleur ras-le-bol face à la déconsidération sociale et politique de leur métier.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui