L'Anjou Agricole 10 mars 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Aggravation des négos commerciales selon les industriels

Malgré les premiers efforts de la part de certaines enseignes, le climat commercial général continue de se dégrader pour les industries alimentaires, a indiqué le 9 mars l’Association nationale de l’industrie alimentaire (Ania), dressant un bilan des négociations commerciales 2017.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les négociations commerciales 2017 se sont déroulées dans un climat très particulier, sous une surveillance accrue de la part du gouvernement, de l’administration, des médias et de la justice, selon l’Ania.
Les négociations commerciales 2017 se sont déroulées dans un climat très particulier, sous une surveillance accrue de la part du gouvernement, de l’administration, des médias et de la justice, selon l’Ania. - © AA

L’Ania « observe que la loi n’est toujours pas appliquée par tous », avec «cette année un comportement inacceptable chez certaines enseignes à conclure honnêtement des accords avec leurs fournisseurs ». La pression déflationniste « se poursuit au détriment de la vitalité des filières agricoles et agroalimentaires françaises », commente-telle.
Parmi les mauvaises pratiques des enseignes les plus souvent rapportées, figurent, par ordre d’importance, la non-prise en compte de la hausse significative des matières premières agricoles, et des comportements irrespectueux de certains acheteurs auprès de leurs fournisseurs (pression psychologique, convocation à l’improviste, attente volontairement longue, changement brusque de date ou d’interlocuteur, etc.).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui