L'Anjou Agricole 22 juin 2018 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Agri Confiance souhaite valoriser les labels

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Agriconfiance

A l’occasion de son assemblée générale, Agri Confiance a souhaité mettre en avant les démarches qui, à son instar, permettent de renouer le lien et la confiance avec le consommateur. Le groupe Carrefour a par exemple mis en place une expérimentation de "blockchain" sur le poulet d’Auvergne, issu de sa filière qualité. Il s’agit de réunir les données de production du poulet, depuis l’éleveur jusqu’aux rayons des magasins. Tous les acteurs de la chaîne ont accès aux informations.

En achetant le produit, les clients des magasins peuvent scanner un QR Code présent sur l’emballage, afin d’avoir accès à toutes ces données. Ils peuvent notamment en apprendre davantage sur l’éleveur, par le biais d’une vidéo de présentation. L’expérimentation va prochainement être élargie aux œufs et aux tomates de la filière qualité Carrefour. Les acteurs de l’amont ont accepté facilement de se joindre à la démarche assure le distributeur. « Les gens qui font bien leur métier n’ont qu’une envie, le mettre en avant », assure Garance Osternaud, de la Direction Organisation de Carrefour France. « Nous avons même eu le cas d’un vétérinaire qui nous a contacté pour participer alors que nous n’avions pas forcément pensé à inclure cette profession », raconte Romain Pepin, de la Direction Organisation de Carrefour France.

L’intérêt de ce genre de démarche est de rassurer le consommateur et de lui permettre de connaître les coulisses des produits qu’il achète, notamment de l’informer sur les démarches qui répondent aux enjeux et préoccupations de la société. « Il y a vraiment un intérêt, une sensibilité sur les questions de Responsabilité Sociétale des Entreprises, les méthodes de production, le bio, etc. », explique Denis Bonnet, Category Manager chez France Vin. « Aujourd’hui quand on est distributeur de vin on peut être interrogé sur ces sujets, il faut les connaître ». L’enjeu est aussi de faire connaître les labels tel qu’Agri Confiance. Le manager le démontre par le biais d’un micro-trottoir, tous les consommateurs ne connaissent pas les nombreux labels qui garantissent des méthodes de production respectueuses de l’environnement ou leur provenance par exemple. Paradoxalement, ce manque d’information est aussi peut être dû à la multiplication des labels. « Il est urgent de les organiser », conclu Denis Bonnet.

Agri Confiance va pour sa part continuer son travail de réflexion par filière, pour définir de nouveaux engagements pour sa marque. Christophe Grison, le président d’Agri Confiance, donne rendez-vous en 2019, pour en connaitre les détails.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a une réelle envie d’aller de l’avant.

selon Éric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, à propos de la rencontre du 13 juillet avec le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture)

Le chiffre de la semaine
12 327 €
D’après une étude du réseau AS et des Chambres d’agriculture, le résultat courant moyen par UTA 2017 (Unité de travail agricole) des entreprises agricoles de l’Ouest et du Centre, s’élève à 12 327 euros. Un chiffre en baisse par rapport à 2016.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui