L'Anjou Agricole 09 avril 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Agriculteurs en situation fragilisée : l’accompagnement évolue

Interview de Jean-Louis Lardeux, nouveau président de l’association Aide.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Vous venez d’être élu à  la présidence de Aide*, lors de l’AG du 1er avril. Depuis quand êtes-vous impliqué dans cette association ?
Jean-Louis Lardeux : depuis le début de mon mandat Chambre d’agriculture en 2013, je m’y suis impliqué auprès de Jean-François Cesbron, dans l’objectif de reprendre la responsabilité de président.

Quels sont les profils des agriculteurs qui frappent à la porte de Aide ?
Certaines personnes nous contactent pour des raisons de difficultés techniques, économiques, et parviennent à s’en sortir grâce à un plan de redressement. D’autres se trouvent dans des situations très difficiles et s’orientent plutôt vers une cessation d’activité et une reconversion. Pour d’autres, il s’agit de cas beaucoup plus dramatiques.

Quels sont les projets de Aide ?
Nous avons organisé des réunions dans les petites régions du département et nous avons écouté les personnes qui ont été aidées par l’association. Notre souhait est à présent de mieux accompagner les agents de la Chambre d’agriculture et de la MSA, afin qu’ils ne soient pas seuls face ces situations difficiles. Il se met en place un réseau d’agriculteurs volontaires, avec notamment des aînés de la FDSEA et des délégués MSA.
Nous souhaitons également communiquer pour faire connaître plus largement le numéro vert de l’association (0805 400 068).

* Association inter-organisations agricoles au service des agriculteurs en situation fragile. Douze organisations adhérentes : Chambre d’agriculture, MSA, Crédit agricole, Crédit mutuel, Banque populaire atlantique, FDCoop, Groupama, Terrena, FDSEA, JA, Union des Cuma, Solidarité paysans.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui