L'Anjou Agricole 21 septembre 2017 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Aides bio: le ministère de l'Agriculture ne co-financera plus l'aide au maintien

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Gabriel Omnès

A l'occasion de sa visite au salon Tech&bio le 20 septembre, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a annoncé que le co-financement des aides bio par le ministère se concentrera uniquement sur les aides à la conversion à partir de 2018. Les Régions pourront continuer à utiliser les fonds Feader pour financer des aides au maintien sur de nouveaux contrats, mais elles devront le faire sans mobiliser les crédits du ministère en co-financement. Ceux-ci seront réservés aux aides aux conversions dès 2018.

Les aides à la bio (maintien et conversion) sont financées à 75% par le Feader (fonds européen) et à 25% par des fonds nationaux, qui peuvent provenir du ministère de l'Agriculture, des collectivités locales ou des agences de l'eau.

C'est à cette dernière part (25%) que le ministère ne souhaite plus participer pour ce qui concerne les aides au maintien. Enfin, Stéphane Travers a annoncé que la prolongation du crédit impôt bio sera bel et bien portée par le gouvernement dans le cadre d'une loi de finance rectificative à venir.

Pour Jean-Pierre Raynaud, président de la commission agriculture de Région de France, la décision d'arrêter le co-financement des aides au maintien est «un mauvais signe». Son association aurait préféré un aménagement des aides au maintien, par exemple par des plafonnements. Il craint que cette mesure ne soit suivie de restrictions de la part des agences de l'eau elles-mêmes, qui doivent définir en 2018 leur 11ème programme d'aides (2019-2024).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aller chercher la vérité pour protéger les agriculteurs

a réclamé la députée LREM, Martine Leguille-Balloy, qui a demandé la création d’une commission d’enquête sur l’agribashing.

Le chiffre de la semaine
37 millions
Ce sont le nombre de tonnes de blé tendre de la récolte française selon la dernière estimation du ministère de l’Agriculture. Soit une progression de 8,5 % sur la précédente et de 3,6 % sur la moyenne 2014/2018.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui