L'Anjou Agricole 27 juillet 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Aides PAC : un trou d'un milliard d'euros

' Il manquerait près d'un milliard d'euros pour financer les aides Pac d'ici la fin 2020 ', ont estimé les organisations professionnelles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

 

Les soutiens potentiellement concernés seraient l'indemnité compensatrice de handicap naturel (853 MEUR), les aides bio et les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC). Afin de combler le déficit de paiement, certains représentants de la profession (Coordination rurale, APCA, FNSEA, AGPB, AGPM, Fop, CGB) demandent à ce que l'État cherche des fonds ailleurs pour abonder ces aides alors que d'autres (Confédération paysanne, FNAB, FNE, WWF) demandent un basculement plus important des aides du premier pilier vers le second. Pour Claude Cochonneau, président de l'APCA, « Bercy peut accepter un système de top-up sur certaines aides tout en étant euro-compatibles ». Le Conseil supérieur d'orientation et de coordination de l'économie agricole et alimentaire (CSO) du 27 juillet est, de fait, annulé puisque des négociations bilatérales étaient toujours en cours le 26 juillet au soir. La France doit notifier les modifications de sa programmation Pac avant le 1er août. Une éventuelle modification du paiement redistributif est également en négociation entre la profession et le ministère (passage éventuel de 10 à 15 % de prélèvement sur le premier pilier). Elle doit aussi être notifiée à Bruxelles avant le 1er août .

 

Les producteurs de grandes cultures s'opposent à toute nouvelle ponction
Les syndicats grandes cultures attendent de l'Etat « qu'il assume financièrement ses engagements » sur la Pac, d'après un communiqué du 26 juillet, au lendemain d'une rencontre avec Stéphane Travert. L'AGPB (blé), l'AGPM (maïs), la CGB (betterave), la Fop (oléoprotéagineux) réclament « un maintien du taux de paiement redistributif à 10 % et la non augmentation du taux de transfert du 1er pilier vers le second ». Leur crainte est de voir l'État « prélever lourdement les agriculteurs pour remplir ses engagements à l'égard des zones défavorisées notamment ». Une décision qui interviendrait d'ici le 1er août, lors de la notification à Bruxelles des choix nationaux sur la mise en oeuvre de la Pac. .

 

 

Un arrêt des aides au maintien casserait la dynamique du bio
Gérard Michaut, président de l'Agence Bio, a réagi dans un communiqué en date du 26 juillet, sur les « conséquences que pourrait avoir la suppression des aides au maintien à l'agriculture biologique », alors que Stéphane Travert va orienter les choix budgétaires de l'agriculture pour les années à venir. « Il est indispensable de soutenir financièrement les efforts des producteurs bio qui prennent le risque d'un mode de production différent. Un arrêt de toute reconnaissance budgétaire conduirait immanquablement à une fragilisation de ce secteur en pleine croissance », insiste-t-il. Il souhaite réaffirmer « la nécessité de pérenniser une part des subventions allouées par l'Europe à la rémunération des services environnementaux rendus par l'agriculture biologique ».

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.