L'Anjou Agricole 22 mars 2018 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

Aire paillée, robot et pâturage

Le Gaec de la Margottière, à Daumeray, a investi il y a tout juste un an dans un bâtiment d’élevage et a privilégié l’aire paillée pour les vaches. L’exploitation concilie aussi robot de traite et pâturage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lorsqu’elles ne sont pas au pâturage, les vaches laitières évoluent sur une aire paillée exposée plein Sud. Elles y disposent de 10 m2 chacune.
Lorsqu’elles ne sont pas au pâturage, les vaches laitières évoluent sur une aire paillée exposée plein Sud. Elles y disposent de 10 m2 chacune. - © AA

Un bâtiment bardé de bois, de 2 300 m2, avec une stabulation, un robot de traite, un bureau et une nurserie. Le Gaec de la Margottière s’est équipé il y a un an d’un outil de travail d’un montant de 560 000 euros (subventionné à hauteur de 48 000 euros par le PCAE), afin de moderniser sa partie laitière, dont les équipements étaient vieillissants. Les frères Fraquet, Eric (48 ans) et Thierry (46 ans) se sont dit qu’il était le moment, à mi-parcours, de réaliser cet investissement. « Vu que nous ne sommes que deux avec une surface de 250 ha, il faut rester efficace et rentable », expliquent-ils. Cet investissement, c’est aussi pour l’avenir, « pour avoir une exploitation transmissible ». (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans le dossier Bâtiments de l'Anjou Agricole du vendredi 23 mars 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous exigeons des dérogations pour les filières où les alternatives n’existent pas ou sont très insuffisantes

ont déclaré 7 organisations de producteurs suite à la publication le d’un décret définissant les substances actives de la famille des néonicotinoïdes.

Le chiffre de la semaine
700 000 km
de haies entretenues en France par des éleveurs et agriculteurs. Grâce à leur travail et leurs animaux, les sols stockent le carbone, les prairies permettent l’épuration des eaux et la biodiversité se conserve sur nos terres.