L'Anjou Agricole 12 mai 2017 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Alliance de trois acteurs du végétal pour développer des actifs végétaux

Trois acteurs du végétal viennent de s’allier pour accompagner les entreprises de la conception à la mise sur le marché des produits à base d'actifs végétaux, ont-ils indiqué conjointement le 10 mai.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cette alliance se matérialisera sous la forme d’une structure, appelée Actiliance, qui sera animée par Amélie Chaigneau de Vegepolys. En photo, Eric Groud, président de Végépolys depuis février 2017.
Cette alliance se matérialisera sous la forme d’une structure, appelée Actiliance, qui sera animée par Amélie Chaigneau de Vegepolys. En photo, Eric Groud, président de Végépolys depuis février 2017. - © Archive AA

Ces trois acteurs sont Pharmanager Development, entreprise spécialisée dans le conseil réglementaire et scientifique, notamment dans le secteur des compléments alimentaires. Le pôle de compétitivité Vegepolys spécialisé dans l'innovation végétale. Et l’institut technique des plantes aromatiques et médicinales (ITEIPMAI).

 

Les actifs végétaux intéressent les entreprises de la cosmétique (pour les colorants et conservateurs), des compléments alimentaires (conservateurs naturels), de l’alimentation animale (facilitateurs d’appétence), de la pharmacie (médicaments à base de plantes), de l’agroalimentaire, des biocides et de la protection des plantes (biostimulants). Le nombre de plantes différentes à développer s’élève à environ un millier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.