L'Anjou Agricole 28 janvier 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Allier confort de travail et bien-être animal

Le Gaec Lambert-Foulier, à Bouillé-Ménard, a investi dans un nouveau bâtiment BEBC* post sevrage et engraissement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans le 
bâtiment 
BEBC du 
Gaec 
Lambert-
Foulier, les salles post-sevrage sont équipées de niches avec chauffage localisé.
Dans le bâtiment BEBC du Gaec Lambert- Foulier, les salles post-sevrage sont équipées de niches avec chauffage localisé. - © AA

«Faute de place, nous commercialisions une partie de nos porcelets de 8 kg au lieu de les engraisser », explique Christiane Lambert, éleveuse de porcs à Bouillé-Ménard. Pour valoriser lui-même ses porcelets, le Gaec Lambert-Foulier a créé un nouveau bâtiment post sevrage et engraissement. L’objectif : améliorer le revenu et la durabilité économique de l’exploitation. Par la même occasion, l’élevage est passé en Nouvelle agriculture, une marque du groupe Terrena (lire encadré Nouvelle agriculture). Ce nouveau bâtiment a été présenté lors d’une porte ouverte, le vendredi 22 janvier.
Après 2 ans et demi de démarches administratives et 6 mois de construction, le bâtiment a accueilli les premiers porcelets post sevrage le 30 décembre. Pour ce nouvel investissement, le couple associé n’a pas lésiné sur les moyens. Il a investi 850 000 euros, ils ont bénéficié de subventions du PCAE et de Terrena (voir encadré en chiffres). à la clé, un bâtiment BEBC qui allie confort de travail et bien-être animal. « Pendant 10 à 12 ans, nous profiterons de ce nouveau bâtiment. Et après, un jeune pourra s’installer avec un outil encore performant », constate Thierry Lambert.
Des aménagements ont été réalisés pour réduire la consommation d’énergie.

Plus d'infos dans l'Anjou agricole du 29 janvier 2016

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui