L'Anjou Agricole 22 janvier 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Améliorer le suivi du troupeau grâce à l’identification électronique

Le Gaec Pontron a fait d’une contrainte réglementaire un atout pour la conduite de son élevage de 900 brebis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Grâce au lecteur de boucles électroniques, les éleveurs, Eric et David Rouillère, enregistrent les animaux dans le logiciel Ovitel.
Grâce au lecteur de boucles électroniques, les éleveurs, Eric et David Rouillère, enregistrent les animaux dans le logiciel Ovitel. - © AA

«Un meilleur suivi du troupeau ». Les deux frères du Gaec Pontron sont unanimes. Associée à logiciel de suivi de troupeau, l’identification électronique a simplifié le travail quotidien des éleveurs. Le troupeau de 900 brebis suffolk est contrôlé à distance via  Ovitel depuis 2008. « Au départ, nous n’avions pas les boucles électroniques, donc nous devions rentrer toutes les données manuellement », explique éric Rouillère, l’un des trois associés.

Fin 2010, le Gaec situé au Louroux-Béconnais décide d’identifier l’ensemble du troupeau avec des boucles électroniques, « au moment où les subventions remboursaient le surcoût que la boucle électronique engendrait par rapport à une boucle conventionnelle. » La réglementation a rendu obligatoire l’identification électronique pour tous les ovins nés à partir du 1er juillet 2010.

Aujourd’hui, grâce au lecteur -une sorte de barre  connectée via le bluetooth à un “ordinateur de poche”-, les agriculteurs scannent les boucles qui enregistrent les informations dans le logiciel Ovitel. Un gain de temps en période d’agnelage mais aussi dans la réalisation de lots.

 


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui