L'Anjou Agricole 27 janvier 2020 à 15h00 | Par AA

Améliorer sa réserve utile en viticulture

Lors d'une journée technique organisée à Faye d'Anjou, Bio3G a abordé le thème du stress hydrique. Une solution : améliorer la structure et la vie du sol.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« Une solution en agronomie, c'est toujours une somme de leviers, qui dépendent de l'objectif de départ ». C'est par cet axiome que Maxime Chevry, ingénieur agronome pour Bio3G, a débuté sa présentation lors d'une journée technique ayant eu lieu le 23 janvier à Faye d'Anjou. Le thème, "quelle stratégie adopter face au stress hydrique ?", a attiré une vingtaine de viticulteurs.

Ce stress, d'origine abiotique, la vigne y répond de manière naturelle en ralentissant son métabolisme. Conséquence ? La croissance diminue, tout comme la photosynthèse. Le rendement, tant qualitatif que quantitatif, chute drastiquement. Un des leviers centraux pour lutter contre le stress hydrique réside dans l'amélioration de la réserve utile.

Une bonne qualité de sol, en particulier sa structuration, améliore la circulation et l'infiltration de l'eau, l'enracinement de la vigne, limite le ruissellement et le départ d'éléments nutritifs via lixiviation. Excellents indicateurs, les annélides structurent mécaniquement le sol, et ont une activité biologique intense.
Mais les vers de terre n'ont pas l'apanage de l'amélioration des caractéristiques pédologiques. De nombreux micro-organismes, en formant l'humus (qui a un fort pouvoir de rétention d'eau), contribuent à la bonne qualité du sol. Augmenter sa matière organique prend des années, et s'il faut varier les apports (couverts, fumier, déchets verts...), les matières stables et carbonées sont à privilégier.


Une gamme complète
Tout au cours de la journée, l'ingénieur a présenté la gamme de Bio3G permettant de travailler sur la problématique du stress hydrique. Les produits comme Isotonic permettent, entre autre, de favoriser la photosynthèse (augmentation de 17 % de chlorophylle) et de faciliter le transport de l'eau dans la vigne. Mais Bio3G mise également sur l'activité du sol et des produits comme Rhizeos, en favorisant les micro-organismes de la rhizosphère, améliorent la résilience de la plante face aux perturbations climatiques. La nouveauté se nomme Xurian, biostimulant utilisable en agriculture biologique. En ajoutant 1,5 kg/ha de ce produit, certifié AMM, Maxime Chevry estime à 15 % l'augmentation de rendement.
Biostimulant ou non, « la matière organique est le carburant du sol ». Il convient de favoriser au maximum celle-ci pour disposer de conditions optimales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Pas de pénurie : #OnVousNourrit ! Chaque jour ce sont plus de 448 500 agriculteurs et agricultrices qui produisent des produits de qualité pour vous nourrir, comme Valentin, Olivier, Anthony, Julien, Jérémie et bien d’autres sur nos exploitations! #CeuxQuiFont @JeunesAgri

@JeunesAgri49

Le chiffre de la semaine
50 millions
Pour faire face à la crise sanitaire actuelle, le Conseil régional des Pays de la Loire mobilise 50 millions d’euros. Toutes les entreprises sont concernées, même les exploitations agricoles.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui