L'Anjou Agricole 22 août 2019 � 14h00 | Par Romain Devaux

Analyser pour définir la date de récolte du maïs ensilage

Seenovia propose depuis 2 ans d’analyser des échantillons de maïs pour déterminer le taux de matière sèche. Le but : définir une date de récolte optimale.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
A la Cuma de la Bonne entente, à La Pommeraye, 32 agriculteurs sont venus faire analyser leur maïs pour connaître la date de récolte optimale. Cette initiative était organisée par Seenovia.
A la Cuma de la Bonne entente, à La Pommeraye, 32 agriculteurs sont venus faire analyser leur maïs pour connaître la date de récolte optimale. Cette initiative était organisée par Seenovia. - © AA

« Pour obtenir un maïs ensilage de qualité, il faut le récolter avec un taux de MS de 32-33 % », explique Denis Denion, consultant nutrition et robot pour Seenovia. L’organisme de conseil en élevage a organisé, mardi 20 août, à la Cuma de la Bonne entente à La Pommeraye une journée matière sèche. L’objectif : définir la date de récolte optimale du maïs ensilage.
11 rendez-vous étaient organisés dans le département (encore 3 la semaine prochaine).
Le principe est simple. L’agriculteur apporte 3 pieds de maïs  (représentatifs de la parcelle à récolter) coupés à 10 cm du sol et un épi supplémentaire (pour vérification). Le maïs est broyé pour ensuite être analysé en direct. L’analyseur infrarouge va estimer un taux de matière sèche.
« 2 analyses sont réalisées pour chaque prélèvement », précise le consultant Seenovia. Et  à partir de ce taux, une date de prévision de récolte est fournie directement à l’agriculteur. « On fournit 2 dates : une en conditions normales, une en conditions séchantes. Un irriguant va se baser sur la date de récolte "conditions normales". »

Des rendements pénalisés
L’opération plaît puisque 32 agriculteurs ont fait le déplacement dans l’après-midi pour 74 échantillons réalisés. Les taux de MS vont de 18 à 32 %. La moyenne des échantillons apportée s’élève à 24,6 % pour une date moyenne de récolte prévue au 8 septembre en conditions normales. « Cette journée permet aux agriculteurs et à la Cuma d’organiser le planning. La grosse période d’ensilage devrait se situer du lundi 26 août jusqu’au 20 septembre », estime Denis Denion.
L’année aura été compliquée pour la culture du maïs. « Les premiers semés ont le plus souffert. Ils ont subi à la fois un un manque de température au printemps puis un stress hydrique  au moment de la floraison. Ceux qui sont semé plus tardivement s’en sortent mieux. » Dans le secteur de La Pommeraye, les 20 millimètres de pluie de samedi dernier vont « permettre de sauver les meubles. Le taux d’amidon va être meilleur que prévu. » Une certitude : les rendements seront pénalisés par ces conditions particulières « mais la qualité pourrait être correcte », espère l’expert nutrition.
Environ 25 % des agriculteurs présents lors de la journée avaient déjà prévu d’acheter du maïs à des voisins...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L’accroissement du nombre de bénéficiaires de l’aide alimentaire est une réalité dont nous prenons pleinement la mesure. C’est pourquoi, les agriculteurs, au travers de Solaal, se mobilisent pour répondre aux enjeux de la précarité alimentaire. Solaal Pays de la Loire reste mobilisé plus que jamais pour assurer son rôle de facilitateur du don alimentaire.

explique Jean-Louis Lardeux, président de l’association Solaal Pays de la Loire.

Le chiffre de la semaine
2 000 t
La collecte de pneumatiques usagés, organisée par la FDSEA, a:commencé lundi 11 janvier à Vihiers et aura lieu dans le département jusqu’au 11 mars. Au total plus de 2 000 tonnes seront collectées et valorisées pendant l’opération.