L'Anjou Agricole 22 mai 2019 à 10h00 | Par AA

AOP Maine Anjou : des éleveurs à remotiver

Le syndicat de défense de la viande AOP Maine Anjou a tenu son assemblée générale au Domaine des Rues à Chenillé-Changé (49), jeudi 16 mai. Quinze ans après son lancement, la filière reste fragile.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les éleveurs mettent en avant la spécificité de leur cahier des charges et se positionnent sur le créneau des viandes haut de gamme. Mais reste à freiner l’érosion des engagements dans la filière et consolider les débouchés.
Les éleveurs mettent en avant la spécificité de leur cahier des charges et se positionnent sur le créneau des viandes haut de gamme. Mais reste à freiner l’érosion des engagements dans la filière et consolider les débouchés. - © AA

La vie de la filière AOP Maine Anjou n’est pas un long fleuve tranquille depuis l’obtention de l’appellation d’origine en 2004. En 2018, seuls 543 animaux ont été agréés en AOP Maine Anjou. C’est un peu mieux qu’en 2017 (473 animaux). La filière connaît des difficultés depuis la fin du contrat avec le groupe Flo (restaurants Hippopotamus), qui a entraîné une forte chute des volumes. à titre de comparaison, il y avait, en 2011, plus de 2 000 animaux agréés.
Des changements humains ont aussi bousculé l’organisation : le départ du salarié du syndicat, en fin décembre 2017, a  entraîné un moment de flottement, avec des contrôles en élevages qui n’ont pas pu être réalisés, a rappelé Christian Douet, le président du syndicat, lors de l’AG du 16 mai. Pour repartir sur de saines bases, le syndicat a donc décidé de s’appuyer sur les compétences d’un organisme extérieur, Agro Qualité, situé à Broons (22). « Le siège social du syndicat reste bien au Domaine des Rues, à Chenillé-Changé, au cœur de la zone AOP », rassure Christian Douet.
Le grand enjeu est de remotiver les éleveurs face à l’érosion continue du nombre d’éleveurs engagés. Le syndicat comptait 143 adhérents  en 2018 et à ce jour, ils sont
93 éleveurs adhérents, dont 69 actifs, c’est-à-dire qui passent effectivement des
animaux en appellation.
Le syndicat a tout de même bon espoir d’augmenter les volumes, en passant à 1 000 animaux agréés par an. Sur ce début d’année, 13 à 14 animaux AOP sont abattus chaque
semaine, un rythme plutôt encourageant. « Le but est  d’arriver à une vingtaine de bêtes par semaine », espère Christian Douet.

s.H.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous portons une réflexion sur des dispositions spécifiques à l’agriculture urbaine dans le cadre du statut du fermage

a indiqué le Cese (Conseil économique, social et environnemental), dans un avis adopté le 12 juin, en vue de la future réforme du droit foncier rural.

Le chiffre de la semaine
400
c'est le nombre d'animaux qui se retrouveront au concours inter-régional de Blonde d'Aquitaine à Cholet le 21 et 22 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui