L'Anjou Agricole 20 octobre 2016 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Arrêté phytos : Stéphane Le Foll veut ménager environnement et agriculteurs

Stéphane Le Foll a assuré que les travaux de réécriture de l’arrêté du 12 septembre 2006 sur l’utilisation des phytos se faisaient dans le respect de l'environnement, de la santé des populations et du travail des agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
D'après le ministère de l'Agriculture, le projet d'arrêté sera « mis à disposition du public sur internet d'ici la fin octobre ».
D'après le ministère de l'Agriculture, le projet d'arrêté sera « mis à disposition du public sur internet d'ici la fin octobre ». - © AA

« Il faut qu'on soit capable de coordonner l'ensemble des dispositifs et de le faire dans le souci de respecter l'environnement, la santé de nos concitoyens et en même temps le travail des agriculteurs », a déclaré le ministre devant l'assemblée en réponse aux questions des députés Joël Giraud (radical de gauche) et Bérangère Poletti (LR). Des actions FDSEA/JA de sensibilisation des administrations ont notamment eu lieu cette semaine dans le département.
Les deux députés, dans deux questions distinctes, s'inquiétaient des conséquences d'une surtransposition des textes européens qui restreindrait les surfaces traitables et donc pénaliserait « inutilement » les paysans. « Aujourd'hui il y a des lignes directrices qui sont mises en place au niveau européen sur toutes les nouvelles autorisations de mise en marché, datant de janvier 2016. On va les respecter », a déclaré M. Le Foll.

Plus d'informations dans le journal Réussir l'Anjou agricole du 21/10/16

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui