L'Anjou Agricole 28 novembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

AS 49 : 40 ans au service des agriculteurs

Salle comble jeudi soir à la salle Beausite à Saint-Georges-sur-Loire, où AS 49 tenait son assemblée générale. Un temps privilégié pour les adhérents qui fêtaient le quarantième anniversaire de leur association.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

" Comme vous tous, j'aurais préféré aborder cet anniversaire dans un meilleur contexte. Pour notre profession, mais aussi pour nos collaborateurs qui font face à la détresse du monde agricole... ", confie le président d'AS 49, Jean-Paul Piet. Pleinement convaincu sur l'engagement de ses services, l'agriculteur de Saint-Georges-des-Gardes a tenu à souligner " les bons résultats " de son association de gestion et de comptabilité sur l'exercice précédent. " La situation des comptes d'AS 49 reste saine, affirme-t-il. Mais, pour les motifs invoqués précédemment, le conseil d'administration a décidé d'exclure toute augmentation des tarifs d'AS49 pour l'année à venir. "


Luc Joncheray et François Girard, entouré du président et du directeur d'AS49.
Luc Joncheray et François Girard, entouré du président et du directeur d'AS49. - © AA
Un accompagnement évoluant au rythme des nouvelles technologies
Après une projection vidéo retraçant les grandes étapes qui ont marqué l'évolution des 40 années d'AS49, président et directeur ont accueilli sur scène quelques invités, acteurs des tournants pris au sein de l'AGC. Née sous le nom d'AFGA en 1976 sur impulsion de Raymond Gillier, Luc Joncheray se souvient qu'il s'agissait à l'époque de fournir un service comptable et fiscal à la carte, ce qui a permis très rapidement aux fondateurs d'être rejoints par près de 500 adhérents en quelques années. Pour François Girard, arrivé en tant que directeur en 1989 (aujourd'hui agriculteur), ainsi que pour ses anciennes collègues Edith Bouleau et Françoise Augebault, l'informatique a été un passage nécessairement évident mais pas des plus simples dans la pratique. "A l'époque, on travaillait sur disquette et notamment sur Amstrad, se souvient-il en guise d'anecdote. On compilait énormément de disquettes qu'il fallait envoyer par courrier lorsque nous avions une demande... Aujourd'hui, avec internet, tout va plus vite. "

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.