L'Anjou Agricole 19 avril 2017 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Assèchement des sols prévu jusqu'à la fin de la semaine

Après un mois de mars très doux, la sécheresse des sols commence à faire souffrir les semis de printemps et les cultures d'hiver.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En Maine-et-Loire, le manque d'eau se fait sentir sur les semis de printemps et les cultures d'hiver. Les premiers tours d'eau ont débuté dans les sols superficiels.
En Maine-et-Loire, le manque d'eau se fait sentir sur les semis de printemps et les cultures d'hiver. Les premiers tours d'eau ont débuté dans les sols superficiels. - © AA

Après un mois de mars doux et peu arrosé - selon Météo France, mars 2017 se place au premier rang des mois de mars les plus chauds sur la période 1900-2017, avec des passages pluvieux sur le sud épargnant souvent la moitié Nord - la sécheresse des sols était notable début avril, de la Bretagne au sud de la Normandie et sur les régions au nord de la Seine.

 

Selon une note du 18 avril de Météo France, la sécheresse persiste dans ces régions suite à la douceur et aux faibles précipitations de ces deux dernières semaines, et s'étendrait vers le sud. La situation devrait perdurer jusqu'à la fin de la semaine. Elle « ne devrait toutefois pas s'aggraver par la suite du fait de la baisse généralisée des températures, qui devraient rester inférieures aux normales jusqu'à la fin du mois », dixit Météo France.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui