L'Anjou Agricole 26 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Associer arbres fruitiers et légumes

Le projet Smart met en réseau des agriculteurs qui combinent arboriculture et maraîchage sur des parcelles communes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Nathalie Corroyer, de la Chambre régionale d’agriculture de Normandie, lors de la conférence intitulée “un projet sur les systèmes vergers-maraîchers” qui se déroulait jeudi 19 janvier au Sival.
Nathalie Corroyer, de la Chambre régionale d’agriculture de Normandie, lors de la conférence intitulée “un projet sur les systèmes vergers-maraîchers” qui se déroulait jeudi 19 janvier au Sival. - © AA

Des salades entre les rangs de pommiers ? Un certain nombre d’agriculteurs ont fait le choix d’associer ces deux productions, motivés par diverses raisons : optimiser la surface dans contexte foncier tendu, diversifier productions et revenus, travailler dans un cadre plus agréable... De 2014 à 2016, un réseau de fermes de toute la France s’est constitué dans le cadre du projet Smart (Systèmes maraîchers en agroforesterie, création de références techniques et économiques) financé par le ministère de l’Agriculture (fonds Casdar). « La motivation principale des agriculteurs du réseau est de satisfaire leur clientèle. 75 % sont en circuit court. Cela permet d’élargir leur gamme de produits, détaille Nathalie Corroyer, de la Chambre régionale d’agriculture de Normandie, lors d’une conférence au Sival. L’image écologique de l’agroforesterie, la qualité esthétique du paysage répondent bien aux attentes des clients en matière de mode de production ».

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 27 janvier 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

2020 est la dernière année de financementde l’actuel PCAE. Les éleveurs porcinsdoivent donc engager très rapidementune démarche de réflexion sur l’évolution deleur outil de production pour en bénéficier.

souligne Gérard Bourcier, président du Comité régional porcin des Pays-de-la-Loire

Le chiffre de la semaine
10 000
C'est le nombre d'agriculteurs qui se sont mobilisésle 8 octobre sur tout le territoire à l’appel de la FNSEA et de Jeunes agriculteurs pour exprimerleur ras-le-bol face à la déconsidération sociale et politique de leur métier.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui