L'Anjou Agricole 16 mars 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Atténuer les effets du changement climatique

Mercredi 15 mars, des responsables agricoles ont réfléchi aux solutions possibles pour réduire les effets du changement climatique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

L’agriculture, source de solutions pour le changement climatique. Des responsables agricoles de la région ont approfondi ce sujet mercredi 15 mars, lors d’une journée organisée par la Chambre régionale d’agriculture en partenariat avec la FRSEA, l’Ademe et l’Institut de l’Elevage. Sylvain Pellerin, chercheur à l’Inra, a rappelé les enjeux et liens importants entre agriculture et climat. L’agriculture est la seule activité à la fois victime du changement climatique, contributrice aux émissions de gaz à effet de serre, et porteuse de solutions d’atténuation. En effet, en France, l’agriculture est responsable d’environ 20 % des émissions de gaz à effet de serre : protoxyde d’azote, méthane et dioxyde de carbone par ordre d’importance. Mais les sols agricoles et la biomasse sont capables de stocker une partie du CO2 d’origine anthropique, et les agriculteurs peuvent participer à la production d’énergies renouvelables (biomasse, photovoltaïque, méthanisation), qui évitent la consommation d’énergies fossiles. Quatre ateliers ont défini des axes de travail  pour atténuer les effets du changement climatique.

Energie et biomasse
« 5 postes prioritaires sont identifiés dans l’énergie et la biomasse : la méthanisation, la mobilisation de la biomasse, l’économie d’énergie autour du tracteur, le bâtiment d’élevage et le photovoltaïque, explique Dominique Bordeau, élu de la Chambre d’agriculture de Mayenne.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 17 mars 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui