L'Anjou Agricole 03 août 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Au moins 500€ de déficit par hectare pour les producteurs de blé, selon Agritel

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Claas

Les producteurs de blé français vont être exposés « à de graves difficultés financières » alerte le cabinet Agritel dans un communiqué du 2 août. D’après ses données et « sur la base des cours actuels », la société estime que « pour un blé tendre aux normes, le chiffre d’affaires atteindrait seulement 740€/ha », alors qu’il faudrait 1480 €/ha « pour couvrir l’ensemble des charges d’une exploitation et prélever une rémunération de subsistance », précise Michel Portier, DG d’Agritel. Les aides compensatoires européennes ne suffiront pas : « les céréaliers français accuseront un déficit minimum de 500€/ha », poursuit Agritel, « ce qui représente pour une exploitation de 120ha de céréales un déficit minimum de 60 000 € ». Cette situation inédite s’explique par la conjonction de deux facteurs, explique Agritel: une dégradation des rendements sans précédent en France du fait des intempéries et des « cours mondiaux au plus bas » suite aux très bonnes récoltes aux États-Unis et dans les pays de la mer Noire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui