L'Anjou Agricole 27 mai 2018 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Au Pré d'Angers, ou comment faire tomber les préjugés

Après plusieurs mois de préparation, les Jeunes agriculteurs du Maine-et-Loire ont déroulé, samedi 26 mai, la 4ème édition de leur opération « Au Pré d'Angers ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Malgré une météo très incertaine, Au Pré d'Angers a compté 15 000 visiteurs pour sa 4ème édition samedi.
Malgré une météo très incertaine, Au Pré d'Angers a compté 15 000 visiteurs pour sa 4ème édition samedi. - © AA

Parler d'agriculture et de biodiversité, c'est effectivement le défi que se sont fixés les Jeunes Agriculteurs du Maine-et-Loire et leurs 80 bénévoles pour la nouvelle édition d'Au Pré d'Angers, qui s'est tenue ce samedi 26 mai au Jardin du Mail. Si l'organisation d'un tel événement est désormais une affaire rodée, les craintes demeuraient finalement plus dans la météo annoncée maussade (ce qui a pu se confirmer fort heureusement qu'en fin de journée), que sur la thématique proposée cette année. Car, comme le revendiquent Ludovic Roncin et Julien Gremaud, respectivement président de Jeunes agriculteurs et responsable d'Au Pré d'Angers, l'agriculture ne manque pas d'arguments pour convaincre. « Nous avons bien sûr notre part de responsabilité à prendre dans la sauvegarde des territoires et des espèces, convient Ludovic Roncin. Mais enfin comme d'autres activités humaines. On ne peut pas être en permanence les seuls visés, comme on ne peut pas non plus nous demander de toujours produire mieux avec moins de revenus ! »...

 

Retour complet de la 4ème édition d'Au Pré d'Angers, vendredi 1er juin, dans le journal Réussir l'Anjou agricole (s'abonner).


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On ne couvre pas la réalité des coûts de production lorsque sont intégrés le coût réel du travail (2 Smic par UTH) et le coût du capital

constate Philippe Chalmin, président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges (OFPM) lors de la présentation du nouveau rapport le 19 juin.

Le chiffre de la semaine
32 930
rongeurs aquatiques envahissants (ragondins et rats musqués) ont été piégés en 2017 par les bénévoles des Gdon et par l’Association des piégeurs de Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui