L'Anjou Agricole 04 juin 2018 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Au quotidien : priorité à l’herbe

La valorisation du fourrage est un autre thème qui sera au cœur de Mécaélevage 2018. Emmanuel Frouin, éleveur laitier en conversion bio installé à Toutlemonde, nous évoque l’importance des fourrages d’été.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les prairies multi-espèces sont composées d’un mélange suisse qui présente l’avantage d’être très homogène dans sa composition, avec des espèces présentes sur l’ensemble de la parcelle, et pas seulement sur certaines zones.
Les prairies multi-espèces sont composées d’un mélange suisse qui présente l’avantage d’être très homogène dans sa composition, avec des espèces présentes sur l’ensemble de la parcelle, et pas seulement sur certaines zones. - © AA

« L’idée, c’est de produire en été ce que les vaches vont consommer à cette même période », synthétise Emmanuel Frouin, éleveur laitier en conversion bio installé à Toutlemonde, en Gaec à 2 associés. L’agriculteur a repris l’exploitation familiale il y a 10 ans, alors en conventionnel. « La conversion en bio a commencé en avril 2017, et nous serons véritablement en bio à partir du 1er janvier 2019 ». Le déclic de cette conversion ?  Le regroupement du parcellaire. « Nos 80 ha sont aujourd’hui d’un seul tenant et depuis 2 ans nous avons mis en place un pâturage tournant dynamique ».

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 8 juin 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui