L'Anjou Agricole 10 avril 2017 a 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Auchan ne commercialisera plus d'œufs issus de l'élevage en cages d'ici à 2025

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Parlement européen

Auchan Retail France, filiale de l'enseigne Auchan pour le commerce de produits de grande consommation, notamment alimentaires, a annoncé le 7 avril qu'il ne commercialisera plus d'oeufs issus de l'élevage en cages d'ici à 2025. D'ici à 2022, « 100 % des oeufs commercialisés sous ses marques distributeur (marque Auchan, premier prix) seront issus de modes d'élevage alternatifs », a-t-il indiqué. Les oeufs alternatifs sont les oeufs labellisés « bio », « label rouge », « plein air », « au sol ».

De plus, d'ici à 2025, Auchan Retail France proposera « 100 % d'oeufs à marque nationale issus de modes d'élevage alternatifs dans tous ses formats de commerce ». L'entreprise « accompagnera tous ses fournisseurs, en tenant compte du rythme d'adaptation des producteurs », affirme-t-elle. Pour mesurer les progrès qui seront faits jusqu'en 2025, elle mesurera chaque année à partir de 2017 la part de marché des oeufs alternatifs dans ses rayons.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.