L'Anjou Agricole 06 juillet 2020 à 09h00 | Par AA

Aviculture : gérer la flore intestinale

Entretien avec Marina Panhéleux, nutritionniste avicole à la CCPA, firme service coopérative basée à Janzé et spécialisée dans le conseil en nutrition et en élevage de volailles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CCPA

>> Pourquoi la flore intestinale est une problématique majeure en volaille ?
Marine Panhéleux : mieux maîtriser la flore digestive est un axe clé du travail du nutritionniste en général et du nutritionniste avicole en particulier. Les génétiques actuelles génèrent des croissances importantes et sont très efficaces pour transformer les nutriments en muscle, cependant, il ne faut pas que cette mécanique s’enraye.
Ainsi, la flore contribue à orienter positivement ou négativement la croissance et la santé de l’animal. En formulation animale, on cherche à trouver le meilleur équilibre nutritionnel pour la flore intestinale. Souvent, les troubles digestifs viennent de la fraction protéique indigestible.

>> Quel est l’impact d’un désiquilibre de la flore intestinale en élevage ?
On a un risque direct, qui est lié aux maladies. Des entérites non spécifiques apparaissent en cas de déséquilibres. Le tube digestif est fragilisé, entraînant une moins bonne absorption des aliments, une perte d’efficacité voir même la mort dans certains cas.
Une autre maladie fréquente est la coccidiose. Causée par un parasite intestinal qui peut provoquer de graves lésions intestinales chez la volaille, elle perturbe tout l’écosystème de la flore. Les solutions chimiques actuelles sont efficaces, mais de nombreuses recherches sont réalisées sur des solutions plus naturelles. En effet, les attentes sociétales et la résistance poussent à développer de la phytothérapie. Enfin, la question de la flore intestinale influe sur les pododermatites, générées au contact des fientes sur la litière. Cette problématique est centrale en élevage avicole, car le taux de pododermatites est un indicateur d’inconfort. Un taux trop élevé, et les éleveurs sont pénalisés financièrement. Ainsi, la bonne gestion de la flore intestinale est primordiale pour un élevage en bonne santé.


>> Quels sont les leviers à mettre en place ?
Le levier le plus important, c’est l’alimentation. Il faut travailler sur les besoins précis des animaux, éviter la surconsommation et limiter certaines matières premières indigestibles, qui favorisent des bactéries négatives. On peut également jouer sur l’utilisation d’enzymes, de probiotiques ou encore de solutions naturelles (huiles essentielles, extraits de plantes). En tant qu’éleveur, on peut travailler sur la qualité de l’eau, et bien surveiller ses animaux.


>> Observe-t-on une transition dans la gestion de la flore ?
Il y a 20 ans, on utilisait des antibiotiques afin de réduire les bactéries de cette flore. Aujourd’hui, on cherche à favoriser au maximum un juste équilibre. Les solutions naturelles sont de plus en plus étudiées dans la recherche, comme les huiles essentielles. Maintenant, il faut que le surcoût de production ne se répercute pas sur l’éleveur. J’ai l’impression que le consommateur est de plus en plus sensible à ces questions, et que les choses avancent dans le bon sens.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

On craint qu’une grande quantité des réserves de blé sur le port ait été affectée ou détruite par l’explosion. Les stocks sont gravement endommagés.

a déclaré le responsable des urgences de la FAO, Dominique Burgeon, après l’explosion qui a éventré les silos de céréales installés près du port de Beyrouth, mardi 4 août.

Le chiffre de la semaine
- 28 %
Avec des précipitations inférieures de 28 % en moyenne aux normales de saison, juillet 2020 devrait être « le mois de juillet le plus sec depuis 1959, loin devant juillet 1964 et juillet 1979 », détaille Météo-France.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui