L'Anjou Agricole 23 mars 2016 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

Avril prêt à lancer une contractualisation durable sur deux produits

Le groupe Avril est prêt à lancer une contractualisation durable avec des enseignes pour le porc et le tournesol, a indiqué son directeur général délégué, Michel Boucly, le 21 mars.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Boucly, directeur général délégué du groupe Avril , a clôturé le 21 mars une table ronde sur la création de valeur ajoutée durable.
Michel Boucly, directeur général délégué du groupe Avril , a clôturé le 21 mars une table ronde sur la création de valeur ajoutée durable. - © AA

Une table ronde a été organisée par AgroParisTech et la Fondation AgroParisTech, sur le thème de la « chaire SDSC » (« sustainable demande supply chain » : filière d'offre et demande durables). Michel Boucly a indiqué que le groupe Avril était prêt à lancer une contractualisation durable avec des enseignes pour le porc et le tournesol. Il s'agirait d'une part d'une marque régionale de porc d'Aquitaine, nourri au soja local et commercialisé par Carrefour. Et d'autre part d'une huile régionale commercialisée par Système U. La « démarche SDSC » vise à créer de la valeur ajoutée durable (sur le plan économique, social et environnemental) et éviter ainsi une « guerre des prix suicidaire ». Pour le moyen terme, Alain Chapdaniel, directeur de la chaire SDSC, a évoqué la nécessité d'adapter la réglementation française pour éviter aux filières durables d'être accusées d'ententes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui