L'Anjou Agricole 29 mars 2017 à 18h00 | Par L'Anjou Agricole

Bernard Cazeneuve propose des adaptations au plan de consolidation des exploitations

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Genevieve Engel/Parlement européen

Le premier ministre, Bernard Cazeneuve, a adressé le 27 mars un courrier à Christiane Lambert, la présidente par interim de la FNSEA, dans lequel il propose des adaptations au plan de consolidation des exploitations agricoles. D’une part il rappelle que les mesures actuelles seront prorogées jusqu’au 31 décembre 2017.

D’autre part il suggère que des diagnostics, pour les exploitations qui restent en grande difficulté, soient menés, financés par un soutien public de la part des départements, des régions ou de l’Etat. Au-delà de ces diagnostics, « des mesures de restructuration de leur endettement, aménagées, incluant les années blanches partielles ou totale pourront être proposées ». « Le taux de prise en charge des frais financiers par l’Etat sera majoré, passant de 33% à 50%. »

De plus, « le plafond d’aide sera relevé de 20 à 40% de l’échéance annuelle des prêts faisant l’objet de la demande d’aide ». Bernard Cazeneuve n’exclut pas qu’un nouveau dispositif de soutien à la trésorerie (dit Fac A) soit mis en ½uvre « s’il s’avère que la viabilité d’un nombre important d’exploitations est essentiellement menacée à très court terme par les échéances bancaires auxquelles elles doivent faire face. »

Le premier ministre n’évoque cependant pas le cas d’agriculteurs qui seraient contraints à envisager une nouvelle orientation hors du secteur agricole.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui