L'Anjou Agricole 07 août 2019 à 14h00 | Par Romain Devaux

Bio : dérogation pour l'achat de fourrage conventionnel

Les éleveurs bio ont la possibilité de demander une dérogation à l’Inao pour acheter du fourrage conventionnel.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’exploitant doit notamment justifier qu’il a préalablement réalisé des démarches pour s’approvisionner dans un rayon de 100 km mais qu’elles n’ont pas été fructueuses. - © Actuagri
L’exploitant doit notamment justifier qu’il a préalablement réalisé des démarches pour s’approvisionner dans un rayon de 100 km mais qu’elles n’ont pas été fructueuses. - © Actuagri - © Actuagri

Les conditions climatiques difficiles des derniers mois ont provoqué d'importants déficits fourragers dans les élevages. En manque de fourrages bio, les éleveurs soumis aux règles de l'agriculture biologique ont désormais la possibilité de demander une dérogation à l’Inao (Institut national de l'origine et de la qualité) pour acheter du fourrage conventionnel.

La demande de dérogation est individuelle. Chaque exploitant doit compléter un formulaire de demande de dérogation « Perte ou restrictions de production fourragère », au titre de l’article 47.c du règlement (CE) n°889/2008, téléchargeable sur le site internet de l’Inao.



Formulaire à transmettre aux organismes certificateurs

Le formulaire dûment complété doit être transmis à l’organisme certificateur qui se chargera de le transférer à la délégation territoriale de l’Inao compétente. La FRSEA des Pays-de-la-Loire a sollicité les organismes certificateurs pour les inviter à transmettre sans délai les demandes de dérogation à l’Inao.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
4 à 6 €/1 000 l
Selon Frédéric Vincent de la FDSEA 49, "sur les 9 premiers mois de l’année, un recul de 4 à 6 €/1 000 litres sur les moyennes régionales du prix du lait payé par les entreprises a été constaté".

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui