L'Anjou Agricole 04 juin 2018 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Bio : encore une croissance à deux chiffres en 2017, les importations restent élevées

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © V.Marmuse-CAIA

La valeur des achats des produits alimentaires issus de l’agriculture biologique a atteint 8,3 milliards d’euros en 2017, en croissance de près de 17 % par rapport à 2016. « L’ensemble de la consommation est à la hausse », s'est félicité Gérard Michault, président de l’Agence bio, lors d’une conférence à Paris le 1er juin. Il y aurait dans l'assiette bio des Français une majorité de produits issus de France. Ces derniers représentent en effet 69 % du marché. « Le vin, les œufs, le lait, la viande, la boulangerie… sont massivement représentés, avec des parts à plus de 90 %, indique Gérard Michault. D'autres secteurs font appel à davantage d’importations, comme les produits de la mer ». Néanmoins, 31 % des produits bio consommés en France étaient importés en 2017, contre 29 % en 2016. L'Agence bio énumère plusieurs raisons de cette progression. D'abord, un phénomène conjoncturel, comme pour le lait. « Les conversions de 2016 n’étaient pas encore disponibles sous forme de produits laitiers certifiés, et la météo particulièrement sèche a pénalisé la production », décrit Gérard Michault. Il soulève également une hausse de la demande en produits exotiques qui, par définition, viennent souvent d’ailleurs. L'Agence bio espère réduire les achats extérieurs des produits cultivables en France. « Cela fait partie des objectifs du plan ambition 2022 », conclut Gérard Michault.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui