L'Anjou Agricole 28 octobre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Biodiversité : la législation européenne doit rester inchangée

9 États membres, dont l’Allemagne et la France, ont adressé le 26 octobre une lettre au commissaire européen à l’environnement lui demandant de ne pas réviser la réglementation de l’UE en matière de biodiversité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cet été, près d’un demi million de citoyens européens avaient répondu à la consultation publique de la Commission de Bruxelles pour demander le maintien en l’état de la législation européenne pour la protection de la nature.
Cet été, près d’un demi million de citoyens européens avaient répondu à la consultation publique de la Commission de Bruxelles pour demander le maintien en l’état de la législation européenne pour la protection de la nature. - © AA

Les Etats membres signataires du courrier insistent en particulier sur l’efficacité des zones Natura 2000 pour atteindre les objectifs européens en la matière. Bruxelles est en train de réaliser un bilan de santé des directives Oiseaux et Habitats. « Nous pensons que mettre davantage l'accent sur la mise en œuvre de ces directives serait un moyen plus efficace d'atteindre les objectifs de l'UE en matière de biodiversité plutôt que de changer le cadre juridique », écrivent les 9 ministres.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui