L'Anjou Agricole 10 août 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Blé tendre: la France pourrait perdre son rang de 1er exportateur européen vers les pays tiers

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Suite à la mauvaise récolte de cette année, la France va perdre en 2016 son leadership européen dans l'exportation de blé tendre en dehors de l'Europe, a prédit le directeur général de la société de conseil Agritel, Michel Portier, lors d'une conférence de presse le 9 août. Agritel estime que les exportations françaises de blé tendre hors UE baisseront de 60 % par rapport à 2015 (à 5,1 Mt). C'est l'Allemagne qui devrait passer devant la France avec 6,65 Mt exportées hors UE, selon les prévisions d'Agritel. Michel Portier avance deux raisons principales à ce revers : un rendement moyen faible (5,48 t/ha, selon Agritel), inférieur de 26 % à moyenne quinquennale, soit le plus mauvais rendement depuis 1983. Et de mauvais poids spécifiques (70 kg aux 100 litres), un critère important pour les exportations vers les pays tiers. En conséquence, la France ne devrait pas parvenir à exporter vers l’Égypte cette année, estime Michel Portier. Et de gros clients comme le Maroc et l'Algérie devraient se tourner vers les blés de la Mer noire, voire ceux des États-Unis. Les zones les touchées par les baisses de rendements sont situées dans le Centre, le Nord et l'Est de la France: Ile de France (- 40 % par rapport à la moyenne quinquennale), Picardie (- 39 %), Centre (- 32 %).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui