Terra 07 février 2019 à 08h00 | Par Claire Le Clève

Blonde d’Aquitaine, un projet d’Avenir viande

Présente en boucherie artisanale et dans les rayons traditionnels des grandes surfaces, la race Blonde d’Aquitaine s’est développée en Bretagne au gré de l’évolution de la consommation. Quelles sont les attentes, quelle est l'image de la race, quels types d’animaux sont-ils demandés ? Face à la faiblesse des prix et à la décapitalisation à l’œuvre, les éleveurs s’interrogent sur la stratégie à tenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'effectif allaitant breton décapitalise de 3 000 vaches tous les ans, un phénomène qui concerne aussi la Blonde d’Aquitaine.
L'effectif allaitant breton décapitalise de 3 000 vaches tous les ans, un phénomène qui concerne aussi la Blonde d’Aquitaine. - © Terra

"Il y a encore quelques temps, je passais de très belles bêtes en fin d’année. Là, on m’a proposé un prix où je me suis dis que j’allais attendre quelques semaines de plus...", situe en aparté William Pellerin, éleveur allaitant installé en Gaec à la Chapelle-Caro (56). Réunis en assemblée générale au lycée du Gros chêne à Pontivy, les éleveurs de l’association ont échangé sur l’avenir de la race. Car, relève Raymond Barré, conseiller viande bovine des chambres d'agriculture de   [...]

 

» Lire la suite sur le site Terra

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui