L'Anjou Agricole 04 décembre 2014 à 08h00 | Par L

Bocage - Allier arbres et cultures sur l’exploitation

L’EARL Gachet Bouère est la première ferme agroforestière de France.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur une parcelle de 10 hectares à Jallais, Jean-Robert Gachet a planté 311 arbres.
Sur une parcelle de 10 hectares à Jallais, Jean-Robert Gachet a planté 311 arbres. - © mission bocage

 

La synergie entre l’arbre et la plante. C’est ce qui plaît à Jean-Robert Gachet, éleveur laitier, dans l’agroforesterie. C’est pour cette raison qu’il l’a appliquée sur son exploitation, à Jallais. Il a opté pour l’agroforesterie intraparcellaire, c’est-à-dire un système de production associant arbres et plantes sur une parcelle de 10 hectares. Une réalisation présentée lors d’une journée organisée sur le thème de l’agroforesterie, le jeudi 27 novembre, à Jallais. Soutenu par l’association Mission bocage, l’EARL Gachet Bouère a planté 311 arbres sur cette parcelle tous les 26 mètres. Entre chaque arbre, une distance de 10 mètres est respectée. Pour développer la biodiversité, on y retrouve neuf variétés différentes : cormier, alisier, pommier, plusieurs variétés de chênes, orme, érable champêtre... “L’an dernier, nous avons semé un ray grass. L’année prochaine, un maïs, après un blé... ça ne change pas ma rotation”, explique Jean-Robert Gachet. Au niveau du travail mécanique, pas de complication. “L’implantation est réfléchie. L’ensileuse passe entre deux rangées d’arbres. Et la pulvérisation se fait en deux passages dans les rangs.”

Augmenter
la biomasse du sol

L’intérêt ?  Au-delà des bénéfices environnementaux, l’agriculteur y voit aussi un moyen de limiter le lessivage, mais aussi d’améliorer la qualité de l’eau. Une double culture sur un même sol permet d’“augmenter la biomasse du sol”, explique-t-il.

Les premiers effets bénéfiques se feront déjà ressentir cette année, estime Yves Gabory, de Mission bocage. “Dans l’intra-parcellaire, les bandes enherbées que l’on retrouve entre chaque arbre vont accueillir des auxiliaires biologiques.” Si des cicadelles se propagent dans la culture de maïs, sans doute, les prédateurs de cet insecte seront déjà présents dans cette bande. Et donc empêcheront la prolifération.

Côté coût, l’éleveur a bénéficier d’aides à la fois de la Région et de fonds européens. “J’ai investi 6 000 euros au total. C’est un investissement pour les générations futures.” L’agriculteur espère aussi que ce système de production soit pris en compte dans les nouvelles MAE.

H.R.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui