L'Anjou Agricole 15 décembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Bois : des machines pour faciliter la gestion durable du bocage

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Montée sur chenilles, la pince coupante avec tronçonneuse conçue par Antoine Gaudin (SARL Gaudin - Le Fuilet) emporte les branches avec une étonnante rapidité. Coût horaire : 135 euros HT, plus les frais de déplacement.
Montée sur chenilles, la pince coupante avec tronçonneuse conçue par Antoine Gaudin (SARL Gaudin - Le Fuilet) emporte les branches avec une étonnante rapidité. Coût horaire : 135 euros HT, plus les frais de déplacement. - © AA

Des arbres pour une meilleure qualité de l’eau. Alors que la Communauté d’agglomération du Choletais met en œuvre un nouveau programme d’action sur le bassin ­Ribou-Verdon, « l’arbre en est un volet essentiel », expose Ambroise Bécot, de la Chambre d’agriculture. L’arbre contribue, avec d’autres éléments de paysage comme les prairies permanentes ou les bandes enherbées, à freiner l’érosion (la terre tombée dans le cours d’eau relargue des matières organiques, notamment le phosphore). La demi-journée de démonstration, le 8 décembre, était l’occasion de redire l’intérêt de l’arbre, qu’il soit isolé, en haie bocagère ou en agroforesterie.
Des conseils, de la plantation à la commercialisation du bois, ont été délivrés. « On a tendance aujourd’hui à enlever les haies en travers de pente, mais cela accélère la vitesse de l’eau, constate Armelle Vinet, de la Chambre d’agriculture. Pour freiner le ruissellement en surface et faciliter l’intégration de l’eau dans le sol, il faut recréer des stops en rupture de pente par des plantations. L’idéal est de les placer sur un petit talus, cela facilite l’épuration des phosphates ».

 

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 16 décembre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.