L'Anjou Agricole 21 septembre 2017 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Bons rendements attendus en chanvre semence

Commencée le 31 août, la récolte de chanvre semence bat son plein en Anjou. Les surfaces et les rendements sont à la hausse cette année. La coopérative installée à Beaufort-en-Anjou devrait doubler le volume produit.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christian Brogard, agriculteur à La Bohalle (49), et Cyril Bondu, technicien de la Coopérative centrale de producteurs de semences de chanvre.
Christian Brogard, agriculteur à La Bohalle (49), et Cyril Bondu, technicien de la Coopérative centrale de producteurs de semences de chanvre. - © AA

La récolte de semences de chanvre sera abondante cette année. La coopérative de Beaufort-en-Anjou ( 49) a mis 1 430 ha (1 273 ha en 2016) en production sur le Maine-et-Loire et 320 ha (300 ha en 2016) sur son autre zone de production, en Ille-et-Vilaine et Mayenne.

Plus de surfaces, mais aussi un rendement attendu supérieur à la moyenne : « on table sur 13 quintaux/ha en moyenne contre 8 à 9 quintaux/ha habituellement », annonce Cyril Bondu, technicien de la coopérative centrale de des producteurs de semences de chanvre (CCPSC). De 1 100 tonnes l’an dernier, la récolte de semences devrait passer à 2 000 tonnes cette année. La "coop" s’est fixé pour objectif de parvenir à 2 500 tonnes d’ici quelques années, afin de répondre à la demande croissante de semences en France et à l’étranger...

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 22 septembre 2017.

- © AA
- © AA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.