L'Anjou Agricole 16 février 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Botulisme : gare aux cadavres et au fumier de volailles

Depuis juillet 2015, on dénombre 5 exploitations ligériennes avec des mortalités bovines dues au botulisme : 3 en Mayenne (37, 35 et 8 morts), 1 en Sarthe (une centaine de morts) et 1 en Maine-et-Loire (18 morts).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La toxine botulique va bloquer le système nerveux des bovins. Le bovin devient faible avant de se paralyser complètement. Il devient incapable de se lever, de mâcher, sa langue est flasque.
La toxine botulique va bloquer le système nerveux des bovins. Le bovin devient faible avant de se paralyser complètement. Il devient incapable de se lever, de mâcher, sa langue est flasque. - © GDS

Le botulisme est lié à l’ingestion de Clostridium botulinum et/ou de sa toxine. Cette bactérie est présente en grande quantité dans tous les cadavres d’animaux et les déjections de volailles. Elle se disperse ensuite dans l’environnement proche comme les aliments et l’eau consommés par les bovins.

En pratique
On peut distinguer plusieurs voies de contamination :
- la contamination de l’eau ou d’aliments : par exemple des cadavres d’oiseaux ou de petits mammifères dans les ensilages ou dans une tonne à eau ;
- l’épandage du fumier de volailles sur une pâture. Le risque est encore plus élevé si des cadavres d’oiseaux ont été laissés longtemps sur la litière ;
- l’épandage du fumier de volailles un jour de grand vent à proximité de bovins.

La bactérie en cause
Clostridium botulinum est une bactérie qui peut survivre plusieurs années dans l’environnement en s’entourant une petite coque protectrice appelée “spore”. Cette bactérie se multiplie et “sporule” en conditions anaérobies, c’est-à-dire sans oxygène, et en présence de matière organique et d’eau pour se nourrir : les intestins des cadavres sont le lieu idéal. L’ingestion de ces spores par des bovins réactive la bactérie qui produit alors une toxine mortelle même en très faible quantité.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 17 février 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Ça coince sur la répartition de la valeur.

selon la FNPL. La répartition de la valeur a été au coeur des discussions du conseil d’administration du Cniel du 11 juillet.

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Selon les dernières estimations au 1er juillet, la production française de blé tendre atteindrait 36,1 millions de tonnes (Mt), en léger recul de 1,3 % par rapport à l’année précédente, annonce le ministère de l’Agriculture dans une note de conjoncture le 10 juillet.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui