L'Anjou Agricole 04 mai 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Bovins : désaccord entre la FNB et FranceAgriMer sur l'existence de cotations

La FNB conteste les cotations Gros bovins actuellement publiées par FranceAgriMer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au regard des incohérences que présentent les cotations par rapport au marché particulièrement actif, la FNB a pris rendez-vous avec le ministre de l'agriculture.
Au regard des incohérences que présentent les cotations par rapport au marché particulièrement actif, la FNB a pris rendez-vous avec le ministre de l'agriculture. - © AA

« Il n’y a pas eu de cotation en bovin cette semaine, pourtant FranceAgriMer a publié des cotations. Ça paraît un peu gros ! », observe Dominique Daul, vice-président de la Fédération national bovine (FNB), le 29 avril. « Les membres des groupes régionaux de cotation n’ont pas confirmé les cotations », continue-t-il.


Dans un communiqué de presse du 23 avril, la FNB avait revendiqué le fait que « le dispositif public de cotations FranceAgriMer ne pouvait être que manipulé. Il n'exprime pas le reflet de la réalité du marché ». La FNB appelait donc « les pouvoirs publics à leurs responsabilités » et demandait « la suspension immédiate de la diffusion de ces données, en attente d'une enquête qu'il leur revient de diligenter auprès des opérateurs économiques concernés ». Rendez-vous est donc pris avec le ministre de l’Agriculture, pour ce 4 mai. Si des cotations ont bien été publiées sur le site de FranceAgriMer, il est cependant précisé que « les commissions de cotations des gros bovins entrée abattoir des bassins Grand Ouest, Nord Est et Centre Est ne se sont pas prononcées sur les prix réseaux cette semaine, semaine 17 de 2015 ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous, on est là pour accélérer le fait que l’on mange bien en France

a déclaré vendredi dernier Richard Ramos, député du Loiret qui vient de déposer un amendement qui vise à établir une taxe sur les nitrites

Le chiffre de la semaine
700 000
Lubrizol : 700 000 litres de lait jetés par jourpendant 16 jours.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui