L'Anjou Agricole 20 novembre 2014 à 08h00 | Par L

Bovins viande - L’AOP Maine-Anjou, un argument pour s’installer en vaches allaitantes

Pierre Debosque, éleveur de 24 ans, vient de reprendre une partie d’un troupeau en Sarthe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le jeune éleveur a raconté sa démarche d’installation lors de la célébration des dix ans de l’AOC Maine Anjou, le 14 novembre au Domaine des Rues, à Chenillé-Changé.
Le jeune éleveur a raconté sa démarche d’installation lors de la célébration des dix ans de l’AOC Maine Anjou, le 14 novembre au Domaine des Rues, à Chenillé-Changé. - © AA

“Les vaches étaient à 4,80 euros lorsque j’ai déposé mon dossier à la banque”, sourit Pierre Debosque. Ce niveau de prix a été un argument de poids auprès de son financeur, pour le jeune agriculteur sarthois. Il s’est installé le 1er novembre dernier à Ruillé-en-Champagne, en Gaec avec ses parents. Le choix de la forme sociétaire, les prix soutenus de la viande en AOP Maine Anjou et une filière structurée lui ont permis d’accéder à l’installation. “En individuel, le dossier ne passait pas”, souligne-t-il. élément déterminant aussi, les relations avec le cédant. Pierre Debosque a pu reprendre une partie du cheptel d’un voisin, avec qui il a eu la chance “d’avoir de bons rapports”. Aux 140 ha de l’exploitation familiale s’ajoutent 80 ha repris. Le cheptel de 80 rouge des prés des parents s’enrichit d’une trentaine d’animaux. En outre, l’exploitation compte des élevages de poules pondeuses et de brebis.

Transmettre la passion

Malgré les atouts de l’AOP Maine Anjou et de son organisation en filière, il reste difficile de s’installer. Les cas comme celui de Pierre Debosque sont rares et beaucoup de troupeaux ne sont pas repris. “Le fond du problème, c’est la transmission d’un système d’élevage, d’une passion, souligne Albéric Valais, qui anime le syndicat de défense de la viande Maine Anjou. Il faut arriver à faire comprendre  que lorsqu’on achète de la viande de qualité, on “achète” la possibilité pour des jeunes de s’installer”. Et de prendre la relève au niveau des instances de la race. Pierre Debosque vient d’être élu au conseil d’administration du Syndicat de défense.

S.H.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il est nécessaire de revoir le niveau minimal de pensions des retraités agricoles

Dans un courrier envoyé au Président de la République, la FNSEA juge « nécessaire de revoir le niveau minimal de pensions des retraités agricoles »

Le chiffre de la semaine
10 %
C'est le taux national du vote électronique qui a été réalisé lors des dernières élections aux Chambres d'Agriculture.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui