L'Anjou Agricole 10 novembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Bovins viande : la conjoncture pèse sur la vente d’automne

Dix animaux ont été vendus, jeudi 3 novembre, à la vente de reproducteurs de Cholet organisée par élevage Conseil Loire Anjou et ses partenaires. Une petite vente, qui s’explique par les difficultés du secteur bovin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des reproducteurs issus de cheptels inscrits et adhérents au contrôle de performance, sélectionnés en amont sur leur niveau génétique et leurs performances, étaient mis en vente à Cholet.
Des reproducteurs issus de cheptels inscrits et adhérents au contrôle de performance, sélectionnés en amont sur leur niveau génétique et leurs performances, étaient mis en vente à Cholet. - © AA

Des vendeurs, mais peu d’acheteurs dans les allées du parc des Prairies, à Cholet, pour la vente d’automne de reproducteurs qui s’est déroulée jeudi 3 novembre. Des trésoreries tendues, des semis de blé pas encore terminés, « un climat conjoncturel peu favorable aux investissements en génétique », comme l’admet un sélectionneur : tous ces éléments n’ont pas favorisé les transactions. Sur 70 animaux sélectionnés en amont pour la vente, 48 étaient présents le jour J. Sur ce nombre, 10 reproducteurs ont trouvé preneur sur place, et quelques contacts ont été pris. « Un taux de vente de 20 %, c’est plus faible que notre objectif de 25 à 30 % », souligne Jean-Luc Besson, d’élevage Conseil Loire Anjou. Le pourcentage de vente a été très correct en charolaise (40 %) et en limousine, alors que les autres races, blonde d’Aquitaine, parthenaise, et rouge des prés ont attiré un peu moins d’acquéreurs. Les prix oscillent entre 2 500 euros et 3 000 euros, selon la race et l’âge des animaux. L’organisation, le même jour, d’une vente de taureaux de station en limousine et la  proximité du concours charolais de Bressuire (les 4 et 5 novembre) ont fait baisser l’offre de reproducteurs. En revanche en blonde d’Aquitaine, l’offre de Maine-et-Loire était complétée par 3 animaux de Loire-Atlantique.

 

 

La suite de l'article dans l'Anjou agricole du 11 novembre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La castration à vif des porcelets sera interditefin 2021

a annoncé le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume, le 17 novembre. « Il faudra faire autre chose, il faudra une anesthésie », a-t-il précisé.

Le chiffre de la semaine
345
C'est le nombre de salariés qualifiés formés en 10 ans par le Geiq Agriqualif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui