L'Anjou Agricole 24 juin 2016 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Brexit : l'agriculture, un «enjeu géostratégique européen» selon la FNSEA

A l'heure où les britanniques ont décidé, à près de 52 % de votes, de quitter l'Union européen lors d'un référendum organisé le jeudi 23 juin, la FNSEA rappelle, dans un communiqué du vendredi 24 juin, l'importance que revêt le secteur agricole dans la construction européenne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FNSEA souligne au passage l'importance du Royaume-Uni (RU) dans le secteur agroalimentaire. « Le RU est le 3ème client européen de la France avec une valeur commerciale de 5,5 milliards d'euros, et 6ème fournisseur de la France avec 2,5 milliards d'euros », précise le syndicat.
La FNSEA souligne au passage l'importance du Royaume-Uni (RU) dans le secteur agroalimentaire. « Le RU est le 3ème client européen de la France avec une valeur commerciale de 5,5 milliards d'euros, et 6ème fournisseur de la France avec 2,5 milliards d'euros », précise le syndicat. - © Actuagri

« Avec ou sans les britanniques, nous devons consolider le projet européen autour d'une vision de long terme, et le secteur agricole qui a été pendant longtemps un ciment européen peut considéré comme un enjeu géostratégique européen », peut-on lire dans le message de l'organisation.

 

De son côté, le Bureau de l'agriculture britannique (BAB), basé à Bruxelles, soutient, malgré tout, un discours optimiste. « Ce départ veut dire que nous avons deux ans devant nous pour définir les termes du retrait. Malgré les incertitudes qui se dessinent, nous avons désormais l'opportunité de créer nos propres politiques agricoles, commerciales, environnementales et vétérinaires », déclare le BAB.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui